Manifester, passible de deux ans de prison et 4500€ d’amende ?

Dit comme ça, c’est choquant. Pourtant, c’est à peine exagéré. J’ai découvert cela ce matin, par hasard.

Alors que je twittai un article du Monde “Cinq adolescents devant le juge à Montpellier pour distribution de tracts j’ai eu la surprise de me voir répondre par Maître EolasEntrave à la circulation. Délit puni de 2 ans de prison. mineurs, ils évitent la perte de 6 pts de permis“. Passé les cinq premières secondes d’euphorie de réaliser qu’une telle sommité lisait mon flux Twitter, l’incrédulité repris le dessus. Je lui demandais donc : “dans le cadre d’une manifestation, l’entrave à la circulation a-t-elle lieu de s’appliquer ?“.

La réponse, lapidaire fut la suivante : “C’est dans ce cadre qu’elle s’applique le plus souvent.” Moi : “Donc même si une manifestation est duement autorisée, les manifestants tombe sous le coup de ce délit ?!” Point de réponse, ce qui en soit me semble suffisamment éloquent.

L’entrave à la circulation est effectivement un délit puni par l’article L412.1 du code de la route, passible de deux ans d’emprisonnement, 4500€ d’amende et le retrait de 6 points du permis de conduire. Et, dixit Maître Eolas, “c’est dans le cadre d’une manifestation qu’elle s’applique le plus souvent”. Vous voilà prévenu…


En mai dernier, plus de 3 000 000 de français ont risqué 2 ans de prison en manifestant contre la réforme des retraites...


Continuant mes recherches sur le sujet, je suis tombé sur le témoignage d’un de ces jeune risquant la prison pour avoir distribué des tracts. Édifiant de voir cet énième cas de violence policière totalement injustifié et disproportionné. Je devrais peut-être demander à Maître Eolas quelle peine un policier peut bien encourir pour violence volontaire commise en réunion et traitements dégradants sur mineur dans l’exercice de ses fonction…

 

Poster un commentaire

Subscribe without commenting