Bientôt une amende pour le « client prostitueur » ? titrait aujourd’hui Rue89.

Bien que cet énième barbarisme de la nov-langue me hérisse quelque peu (qui n’entend pas le “tueur” dans cet adjectif, stigmatisant encore plus s’il en était besoin le pauvre hère en mal d’affection ?), il faut bien admettre que la prostitution, en France comme dans beaucoup de pays, est un problème qui reste à résoudre. L’on ne peut qu’être d’accord avec le fait qu’il faille combattre l’esclavage auquel sont réduites certaines prostitués. Mais n’y a-t-il pas une certaine exagération dans la façon dont se déploie un arsenal juridique pour le moins répressif ?

La prostitution est légale.

Bien que cela puisse choquer les esprits bien pensant, en France, la prostitution est légale. C’est le proxénétisme et le racolage passif qui sont condamnables (au sens premier du terme). Le travail de prostituée étant reconnu, il me parait pour le moins saugrenu de vouloir affliger des amendes à leurs clients ! Consommer de l’alcool sur la voie public est interdit, faut-il pour autant sanctionner toute personne cherchant à en acheter ? C’est tout aussi absurde !

La mission d’information sur la prostitution en France, créée en juin 2010 et réfléchissant actuellement à cette proposition de loi, n’a d’ailleurs pas pris la peine de discuter avec les principales intéressées : les prostituées. Pourtant, elles sont de plus en plus nombreuses à réclamer le droit de travailler librement.

Voici un résumé succinct, mais éloquent, des revendications du STRASS (Syndicat des travailleurs du sexe) :

Ce que nous voulons :

* Le droit de travailler où nous voulons.
* Le droit de nous associer avec qui nous voulons.
* Le droit de travailler avec qui nous voulons.
* Le droit de travailler comme nous le voulons.


Carla Bruni. Racolage passif ? Proxénétisme d'état ?


Pour mieux comprendre ces demandes on ne peut plus simple, il faut savoir que la définition du proxénétisme, en France, est singulièrement large :

En France, le proxénétisme est considéré par la loi comme une atteinte à la dignité de la personne et, à ce titre, il est puni de sept ans d’emprisonnement et de 150000 euros d’amende. Il est défini comme « le fait, par quiconque, de quelque manière que ce soit, d’aider, d’assister ou de protéger la prostitution d’autrui ; de tirer profit de la prostitution d’autrui, d’en partager les produits ou de recevoir des subsides d’une personne se livrant habituellement à la prostitution ». Potentiellement, tout(e) partenaire de prostitué(e), peut se retrouver derrière les barreaux, qu’il ou elle ait « exploité » ou non sa compagne/son compagnon.

Est également puni le « proxénétisme hôtelier », défini comme la mise à disposition d’un local commercial servant à un(e) prostitué(e). Si elle exerce chez elle, la personne prostituée peut se retrouver à la rue du jour au lendemain, le propriétaire des lieux étant autorisé à dénoncer le bail pour se couvrir de l’accusation potentielle de proxénétisme hôtelier. Pour lutter contre la prostitution (légale) dans une rue de sa juridiction, le maire du deuxième arrondissement de Paris a ainsi procédé à la distribution d’une missive « adressée aux cent soixante-neuf propriétaires des logements implantés […] et recensés par le cadastre. » De quoi faire réfléchir les propriétaires qui ont jusque-là laissé faire, ou qui, de bonne foi, faute de surveiller les sous-locations éventuelles, abritent de telles activités… Cette loi destinée à protéger les personnes prostituées est utilisée pour les condamner : en cas de colocation ou de sous-location, le législateur n’hésite pas à considérer qu’il y a proxénétisme hôtelier. wikipédia.

Je suis particulièrement choqué par la façon dont les prostituées sont traitées en France. Y a-t-il vraiment besoin d’un tel arsenal juridique ? Certes, si l’on s’en tient à la “bonne morale” héritée d’un catholicisme pour le moins austère concernant les choses du sexe, la prostitution est répréhensible. Mais, quelles que soient les convictions de chacun, il faut bien reconnaître que la prohibition de la prostitution ne peut qu’aggraver les conditions de travail des personnes le pratiquant.

« … le corps d’autrui ne se loue pas et ne s’achète pas … », déclare Danielle Bousquet, l’une des députés en charge de ce dossier. Combien d’ouvriers font, selon cette définition, un travail que l’on pourrait assimiler à de la prostitution ?

Pourquoi le plus vieux métier du monde ne pourrait-il pas être simplement considéré comme un métier ? Je reconnais qu’il y a certainement des abus, voire des crimes. Mais les lois contre l’esclavage, la traite des êtres humains, ne suffisent-elles pas à encadrer et réprimer les atrocités qui hélas se perpétuent encore de nos jours ?

Il serait temps d’arrêter de stigmatiser une tranche de la population qui travaille, paye ses impôts, et socialement a indubitablement son importance, et de les traiter, tout simplement, comme des êtres humains.


26 commentaires

  • Corsaire Sanglot (51 comments), le 19 décembre 2010

    moi je kiffe Carla Bruni! …mais j’arrive pas à me faire embaucher à l’Elysée comme gigolo, pfff…

  • George (169 comments), le 19 décembre 2010

    Tu es trop grand, c’est pour ça…

  • toto (96 comments), le 19 décembre 2010

    Bon, on va dire, que des fois on dit des conneries énormes sans s’en rendre compte. Hein…

    Alors 2 liens :
    Succès de l’expérience suédoise
    La Suède voit la prostitution comme de la violence faite aux femmes
    http://sisyphe.org/article.php3?id_article=1422

    La prostitution et la traite des êtres humains en Suède
    http://sisyphe.org/spip.php?article1649

    C’est à lire.

    Ensuite : "La prostitution est légale." Et puis, si les lois sont injustes c’est une raisons pour les justifier?

    "adjectif, stigmatisant encore plus s’il en était besoin le pauvre hère en mal d’affection ?"
    Ouah, quand même. Et ce serait trop en demander de en pas trouver "normal" qu’un homme se paie une femme? En mal d’affection…Ca s’achète ca l’affection ? ben dis donc.

    « … le corps d’autrui ne se loue pas et ne s’achète pas … », déclare Danielle Bousquet, l’une des députés en charge de ce dossier. Combien d’ouvriers font, selon cette définition, un travail que l’on pourrait assimiler à de la prostitution ?"
    Et ben ouias ca pose problème effectivement que de nombreux ouvriers doivent faire un travail qui pourrait être assimilé a de la prostitution, par contre je vois pas en quoi une injustice en compenserait une autre. Et puis il y a tout de même des nuances de degré.

    "Certes, si l’on s’en tient à la “bonne morale” héritée d’un catholicisme pour le moins austère concernant les choses du sexe, la prostitution est répréhensible."
    Non mais ce qui est répréhensible c’est d’acheter le corps de quelqu’un, de profiter de sa faiblesse bla bla. Pas grand chose a voir avec une question de morale austère. Faire du sexe si c’est pas un échange marchant, y’a pas d’immoralité. C’est le rapport financier qui pose problème. Et sérieusement ne pas voir que c’est bien le fait de faire rentrer l’argent dans les rapports sexuels qui pose problème, ca devrait faire se poser des questions.

  • cultive ton jardin (1 comments), le 19 décembre 2010

    Bah, après tout, on pourrait dire aussi que le travail à la chaîne est une violence faite aux femmes. Et quand on a lu le bouquin “Quai de Ouistreham” de Florence Aubenas, il devient évident aussi que le ménage dans ces conditions est une violence faite aux femmes. La mère de mon beau frère était gravement bossue pour avoir travaillé dans le tissage trop jeune, violence faite aux femmes (ou aux enfants)?

    Précisons que toutes les tentatives de contrôler la prostitution ne font qu’augmenter la pression sur les prostitué(e)s et aggraver leurs conditions de vie.

    Une seule solution pour faire disparaître la prostitution, faire disparaître les inégalités entre hommes et femmes, entre jeunes et vieux.

  • toto (96 comments), le 19 décembre 2010

    Coucou Cultive ton jardin. Je sais pas si c’est a moi que tu parles, mais ouais hein si elle était bossue à cause de son taf, c’est une violence faite aux femmes (ah mais le taf c’est violent faut pas croire).
    Pour les tentatives de contrôler la prostitution, justement la les liens étaient bons et prouvent le contraire (vive la suède).
    Après c’est sur que je suis loin d’être contre la disparition des inégalités, ca ferait pas de mal ;)

  • George (169 comments), le 20 décembre 2010

    Cher toto,

    Les exemples que tu donnes en lien sont effectivement très intéressant.

    Je te remercie de relever avec une telle véhémence ma connerie. Un brin d’humilité ne peut faire de mal à personne. Merci encore de m’extirper ainsi de la fange crasse de mon ignorance et de ma stupidité.

    Oui, je suis d’accord avec toi, le proxénétisme, dans l’acceptation suédoise du terme, me semble répréhensible. Mais tu admettras, je l’espère, que la définition française de la chose vise plus à réprimer les prostituées, les victimes selon toi, que les macs. C’est cela que je tentais, inefficacement visiblement, de dénoncer.

    Une chose me dérange cependant dans ton plaidoyer abolitionniste : quid des femmes revendiquant le droit à disposer librement de leur corps ? Il y a des prostituées qui aiment leur travail. Cela peut choquer, mais c’est un fait. Faut-il les combattre selon toi ?

    Je ne cherche nullement à légitimer l’exploitation du corps d’une personne par autrui, bien au contraire. Je me borne à constater que, quoi qu’on en dise, la législation française, sous couvert de protéger des victimes, ne fait que les isoler encore plus, les fragiliser, rendant leur “travail” de plus en plus dangereux. C’est, me semble-t-il, un terreau idéal pour les macs. L’enfer est pavé de bonnes intentions, dit-on. En voilà à mon sens un exemple flagrant.

    Il est peut être généreux de s’ériger en défenseur de ces pauvres femmes, encore faudrait-il au moins prendre la peine de les écouter… Et je trouve lamentable les amalgames tendant à faire croire au citoyen respectable que toutes les putes sont des victimes. Les généralisations outrancières, surtout concernant les personnes, n’ont pas souvent fait évoluer l’humanité…

  • Corsaire Sanglot (51 comments), le 20 décembre 2010

    et que faites vous des hommes qui se prostituent; à vous écouter, on croirait qu’il n’y a que des pauvres femmes et des vilains pervers qui en abusent, mais n’oublions pas la prostitution masculine qui tend trop souvent à être marginalisée dans les discours alors qu’il s’agit d’un phénomène bien réel dont on aurait tort de sous-estimer les enjeux…

  • toto (96 comments), le 20 décembre 2010

    Hello
    Oula, pardon d’avoir été un peu véhémente, m’enfin hein (non mais c’est pas de ta faute t’es un homme, des fois bref peuvent pas tout comprendre ;) )

    Ah je suis d’accord la loi française, vu qu’elle poursuit les prostituées, est mauvaise. (je peux même dire à chier)

    Et, en fait si on veut disposer librement de son corps, hein, pas de souci, en vrai, si elles aiment tant que ca, elles peuvent le faire très bien mais ca c’est prendre des amants, pas des clients. (et ouais)

    je peux te filer encore un lien (très bien aussi) (sérieux si le sujet t’intéresse c’est à lire)
    http://www.peripheries.net/article216.html
    citation :
    En France, 92% des prostituées
    « souhaiteraient ardemment » quitter ce milieu.
    Comment se fait-il, alors,
    que les 8% restantes
    squattent seules les médias ?
    Et attend autre citation, age moyen d’entrée en prostitution? 13, 14 ans états unis, canada….Ah ben ca fait mal quand même.

    Bon c’est pas tout ca, bonne lecture ;)

  • hidalgo (119 comments), le 21 décembre 2010

    Pour ma part, à la lecture de tout cela, j’ai tendance à rejoindre le point de vue de George; La généralisation est dangeureuse, il y a des prostituées qui aiment leur métier et qui en sont fières, et des lois devraient être faites pour protéger ces personnes là, mais aussi protéger celles qui sont forcées de pratiquer ce métier.

    Et puis dire que la prostitution existe à cause des inégalités hommes femmes, là désolé je trouve ça débile. Comme le dit Corsaire Sanglot, les hommes aussi se prostituent. La prostitution est un phénomène de société tout à fait normal, il serait temps de l’accepter.

    Ce qui pas normal par contre c’est la stigmatisation qu’on en fait, c’est le manque de lois pour protéger cette tranche de population, c’est la non reconnaissance qu’elles subissent, les abus et l’exploitation que certaines vivent.

    Et tous ces “pervers” qui s’offrent les services d’une pute! Mon dieu, la voilà la résurgence d’une société catholique dépassée.

    Pour finir, je fais ici un paralèlle intérressant à mon sens. Dans l’organisation d’une fourmilière, les entomoligistes ont découvert que certaines fourmis ne glandaient rien, ne travaillaient pas et se nourrissaient du produit du travail des autres ouvrières. Ces scientifiques ont décidé de retirer tous ces “parasites” de la fourmilière. Et bien vous savez quoi? la fourmilière est morte toute seule, vide.
    Nos chômeurs, nos artistes, on peut croire qu’on en a pas besoin, et pourtant…intéressant non?
    Et nos prostituées, je pense personnellement que la société en a besoin aussi, donc reconnaissons les, protégeons les, elles font partie du bon fonctionnement de notre société toute entière!

  • toto (96 comments), le 21 décembre 2010

    (Eh, c’est moi qu’ai mal posté ou t’as pas pris?)

  • George (169 comments), le 21 décembre 2010

    Je suppose que tu as mal posté…
    Je n’ai rejeté aucun de tes commentaires.
    Bien que nos avis puissent diverger, censurer une opinion sous prétexte qu’elle ne soit pas la même que la mienne ne me semble pas la meilleure façon de faire avancer le débat.
    Peux-tu reposter s’il-te-plait ?

  • toto (96 comments), le 21 décembre 2010

    Ok, sorry. alors je refais. Je disais, euh, ben que j’étais désolée d’avoir été un peu véhémente, (mais que hein des fois les mecs ils disent des bêtises se rendent pas compte ;) )

    Ensuite, oui ok avec toi, la loi française, est mauvaise vu qu’elle poursuit les prostituées (elle est même à chier)

    Et puis, pour celles qui aiment vraiment ca, rien n’empêche de prendre des amants et pas des clients

    Et je filais un super lien (et ouais ;) )
    http://www.peripheries.net/article216.html
    ou entre autres citations :

    En France, 92% des prostituées
    « souhaiteraient ardemment » quitter ce milieu.
    Comment se fait-il, alors,
    que les 8% restantes
    squattent seules les médias ?

    Et aussi que l’age moyen d’entrée en prostitution c’est 13,14 ans aux états-unis, canada (et ca calme hein)

    (sinon chez moi j’en ai fait la lecture (faut pas croire je suis sympa ;) )

    non mais le lien est vraiment très bien

    bonne journée :)

  • toto (96 comments), le 21 décembre 2010

    (bon, je vais pas le faire 3 fois (c’est pas grave) (pourtant c’est pas dur d’appuyer sur un bouton, tant pis)), allé, juste ce lien très bien (au cas ou je sois vraiment mongole avec mes doigts))
    http://www.peripheries.net/article216.html

  • hidalgo (119 comments), le 21 décembre 2010

    pour ma part je trouve cet article très interessant et j’aimerai vraiment poursuivre le débat si vous voulez bien messieurs dames (ou mesdames messieurs c’est mieux pour l’égalité des sexes lol)

  • toto (96 comments), le 21 décembre 2010

    (et ca doit etre en spam)

  • toto (96 comments), le 21 décembre 2010

    ou alors vraiment je suis pas fichue d’appuyer sur un putain de bouton envoyer (c’est pas rassurant) putain merde. non mais c’est vrai putain. après j’arrête (que je rererefais pas déjà mon comm), juste un bon lien encore :
    http://www.peripheries.net/article216.html

  • George (169 comments), le 21 décembre 2010

    Toutes mes excuses, je suis confus. Mon antispam est visiblement bien trop agressif…
    Pas le temps de tout lire immédiatement, je m’y colle tout à l’heure, promis.

  • George (169 comments), le 22 décembre 2010

    Bonjour toto,

    Je viens de finir de lire l’article que tu recommandais. Très intéressant, merci pour cette participation au débat.
    Je dois admettre que ma vision des chose sur le sujet évolue grâce à toi.

    J’ai en définitive l’impression que nous ne parlions pas tout à fait de la même chose : je plaidai pour un “moindre mal” quand tu refusais tout simplement ce mal.

    Je ne sais pas, hélas, si ta position peu, réalistement être un jour appliquée d’un point de vue légal, mais elle contribue à une meilleure connaissance de cette problématique.

    Je ne connaissais pas ces statistiques.
    “En France, 92% des prostituées
    « souhaiteraient ardemment » quitter ce milieu.
    Comment se fait-il, alors,
    que les 8% restantes
    squattent seules les médias ?”

    Ta question est en effet très pertinente.

    Merci beaucoup pour ta contribution à ce débat, il est rare que des commentaires soient suffisamment documentés et argumentés pour faire évoluer le débat de manière si radicale !

    Tu as visiblement une bonne connaissance de ce type de sujet, ne voudrait-tu pas écrire un (ou plusieurs) articles dessus ? Tout le monde peux participer au Glob, et c’est avec un grand plaisir que je te propose de faire partie des auteurs de celui-ci.

  • toto (96 comments), le 22 décembre 2010

    Coucou :)
    Ben c’est bien sympa ce que tu dis, merci.
    Par contre j’ai tout donné sur ce sujet (pi faut pas croire, c’est loin d’être un sujet facile). Bonne journée

  • George (169 comments), le 22 décembre 2010

    Tout donné… je viens juste de faire un petit tour sur ton blog, et visiblement, il en reste un peu ;)
    En tout cas, tu viens de gagner un lecteur.

  • toto (96 comments), le 22 décembre 2010

  • hidalgo (119 comments), le 23 décembre 2010

    J’avoue moi de même, après lecture de tes liens, avoir quelque peu modifié mon point de vue sur le sujet et je t’en remercie. J’ étais pour la légalisation, la réouverture des maisons closes pour un meilleur encadrement de ce métier, mais me voilà dans le doute aujourd’hui…
    Je garde toutefois en tête que la prostitution reste un mal “nécessaire” à notre société, et qu’il est donc “nécessaire” de l’encadrer afin de mieux protéger cette tranche de la population. N’est-il pas hypocrite que les prostituées doivent payer les impôts sur le revenu tandis que leur activité n’est pas reconnue par l’Etat???

  • toto (96 comments), le 23 décembre 2010

    cool hidalgo :) (non mais c’est que tu m’avais traitée de débile quand même ;) )
    (bon le premier “nécessaire” on va passer hein ;) )

    (et sinon zavez vu le coup du drapeau outrage machin?)

  • George (169 comments), le 24 décembre 2010

    @toto : J’ai lu ton article en réponse au mien (enfin, je suppose qu’il s’agissait d’une réponse ;)).
    C’est un peu la pédagogie du coup de poing dans la gueule, non ? Même si tu n’as pas complètement tort, une telle véhémence ne risque-t-elle pas de desservir ton propos ?

    Sinon, pour le coup de l’outrage à drapeau je suis bien d’accord avec toi que ça dérape vraiment. La prochaine étape de notre démocrature sera-t-elle d’instaurer le salut quotidien à ce drapeau ?
    Flippant…

  • toto (96 comments), le 24 décembre 2010

    o, un petit coup de poing dans la gueule de temps en temps, ca fait pas de mal ;) (servir desservir, je sais pas moi, mais c’est que en sérieux ca ferait trop mal parfois)
    ben allé bonnes fetes

  • Didier (1 comments), le 15 mars 2011

    Aux Etats Unis une femme peut louer sous contrat son uterus 9 Mois pour porter
    l enfant d une autre mais si elle loue son vagin 15 Mn pour un rapport sexuel elle risque la prison !
    En France le PS veut punir les clients dans ce pays latin les effet pervers seront pires qu en Suede ou internet prolifere les clubs prives et voyages pour classes aisees cependant comme tout travail il faut reglementer pour eviter et poursuivre les abus

Poster un commentaire

Subscribe without commenting