Warning: Creating default object from empty value in /home/bargeo/sd/glob/www/wp-content/plugins/bp-advanced-seo/bp-advanced-seo.php on line 182 Je veux rire de tout, même des musulmans - LE GLOB DE BARGEO
 

Par

Je veux rire de tout, même des musulmans

A l’instar de la plupart de mes pairs humains, j’ai eu à affronter, au cours de ma vie, un certain nombre d’épreuves traumatisantes : assassinat de ma maman bien aimée, papa emporté par un cancer, et j’en passe…

Ces misères, je les ais surmontées… Avec humour. Armée de l’amour de mes frères et sœur, nous nous sommes liés indéfiniment et avons souvent utilisé l’humour afin de dédramatiser nos souffrances. Il me souvient même que le prêtre, venu à la maison préparer les funérailles de notre paternel, a rit avec nous des blagues douteuses que nous n’avons cessé de proféré à l’endroit de la dépouille de notre géniteur adoré. Evidemment, nous riions de nos propres morts mais ne permettons pas à quiconque d’en rire à nos dépends… Nos morts nous appartiennent.

L’humour permet à l’Humain de prendre du recul sur ce qu’il vit, comme le remarque Joseph Klatzmann dans son ouvrage L’Humour juif2 en souhaitant « rire pour ne pas pleurer ». Plus pessimiste, Nietzsche affirme « L’homme souffre si profondément qu’il a dû inventer le rire », se rapprochant du cynisme. Sa forme, plus que sa définition, est diversement appréciée d’une culture à l’autre, d’une région à une autre, d’un point de vue à un autre, à tel point que ce qui est considéré par certains comme de l’humour, peut être considéré par les autres comme une méchante moquerie ou une insulte.
Aujourd’hui le monde musulman s’insurge, s’offusque, se rebelle contre les images d’un mauvais film caricatural… Hier il fustigeait des dessins de presse osant mettre en scène une icône religieuse.

Tandis qu’au même moment, aux guignols de l’info, la marionnette de la –respectable- ex-première dame de France se masturbe avec son sac à main, et qu’un autre président porte des talonnettes sur tous les dessins de presse.
Les plus hautes instances de la république peuvent ainsi être moquées, personne ne s’en offusque, tandis qu’un humain du 6ème siècle ou un autre du siècle premier, initiateurs tous deux de mouvements religieux, relèveraient du domaine du sacré ?
La vieille philosophie de l’œil pour œil n’a jamais fait que des aveugles disait Gandhi. Que dire alors, des réactions disproportionnées de nos amis qui érigent l’Islam en unique vérité ?

Tandis qu’en Syrie, des milliers d’humains succombent sous les balles et autres skuds du pouvoir, les peuples de Mahomet demeurent sans réaction…. Et se lèvent (presque) tous ensemble lorsqu’il s’agit de défendre le livre de leur foi.
Au titre de l’honneur, les plus extrémistes assassinent. Cette bien triste notion rappelle qu’en France, l’Inquisition alla jusqu’à condamner au bûcher les malheureux qui osaient prétendre que Jésus-Christ avait ri.

Personnellement, j’ai du mal à comprendre. Existe-t-il quelque chose de plus sacré que la vie ?

Alors, que la loi française condamne ceux qui rient des morts des autres m’apparaît compréhensible, au regard du respect que chacun doit à l’autre. La liberté d’expression doit effectivement s’arrêter là où la mémoire continue son deuil.

Mais bon Dieu, laissez nous rire de nos livres et de nos icônes ! L’humour et la provocation constituent des caractéristiques humaines qui nous aident à évaluer nos peurs. Il m’apparaît totalement anormal que l’on ne puisse rire des musulmans, de la même façon que l’on pourrait se moquer des juifs ou des chrétiens. Depuis près d’un siècle, aucune mise à mort n’a jamais été prononcée à l’encontre de ceux qui ont fustigé Moïse ou Jésus ; qu’il en soit ainsi pour les autres prophètes !

Alors, mes amis musulmans, je vous respecte et respecte votre foi, exclusion faite des lois de la Charia puisque les peines appliquées par celle-ci prennent racine dans les lois et usages judéo-chrétiens de l’époque de Muhammad, et que j’estime ces lois largement obsolète et ultra cruelles (1). Si j’étais musulmane, je m’insurgerai contre les mains coupées de ces pauvres maliens parues hier au JT de 20h de TF1. La religion, à l’origine, signifie ‘relier les hommes’, et s’en moquer est bien moins grave que de couper la main d’un humain.

Laissez-moi rire de vous comme vous pouvez rire de moi.
Si je vous insulte, pardonnez-moi.
Au pire, insultez-moi à votre tour.
C’est cela être croyant, croyant en l’humain.
On va quand même pas tous se mettre à couper des mains….

(1) La lapidation des adultérins chez les musulmans est à l’origine une pratique deutéronomique, l’amputation de la main de voleurs est une influence des usages en Droit Catholique Romain 5. La flagellation des pécheurs est de même à l’origine l’une des formes les moins sévères des châtiments dans le monde chrétien, hérité du monde judaïsé, qui servait de pénitence après avoir péché, comme ce le sera en islam 6 et on retrouve cet usage recommandé dans le Coran 7. Quant à la condamnation à mort des apostâts, c’est un usage chrétien de l’époque, mais se fera généralement par décapitation, les autres moyens de mise à mort étant absents en islam8. Les châtiments corporels islamiques sont donc à l’origine des usages judéo-chrétiens et sont adoptés par Muhammad, et se retrouvent pour la plupart dans le Coran.