Par

Climagate : de qui se moque-t-on ?

Voici quelques jours qu’un nouveau scandale a éclaté : les données climatologiques permettant d’affirmer que le réchauffement climatique va tous nous tuer seraient trafiquées !

En effet, un groupe de hackers (russes parait-il, mais tous les hackers ne sont ils pas russes ?) a piraté les serveurs de l’unité de recherche sur le climat de l’Université britannique d’East Anglia.

C’est en grande partie sur les données de cette faculté que le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) s’est basé pour faire plusieurs rapports légèrement alarmistes sur les conséquences du réchauffement climatique.

Et voilà que l’on nous apprends que tout cela ne serait qu’une vaste mascarade ! Heureusement que cela tombe, le hasard fait bien les choses, à deux semaines seulement du sommet de Copenhague… Sinon nous aurions pu croire qu’il était peut-être temps de sauver les ours qui se noient au pôle nord.

Les ours ne sont peut-être pas victime que du réchauffement climatique...

Je ne suis pas climatologue et ne peux donc faire autorité sur ce sujet. Ni hacker d’ailleurs. Mais j’ai tout de même l’impression d’être sérieusement pris pour un con. Je ne sais pas à quel niveau se situe la manipulation, mais la ficelle me parait un peu grosse. La couleuvre risque de devenir une espèce en voie de disparition si l’on continue à nous en faire tant avaler.

J’aurai volontiers exprimé plus avant toute mon indignation face à un tel amas de mensonge et de mauvaise foi, mais un autre non-climatologue l’a fait bien mieux que moi. Je vous encourage vivement à partager sa colère…