Vous vous souvenez certainement de cette histoire de bonus mirobolants accordés à ses traders par la BNP Paribas. Un milliard d’euros, alors qu’elle avait reçu cinq milliards d’aide de l’état. Ca vous revient ? Ca énerve un peu de savoir que vos impôts finissent dans la poche de quelques traders fous et d’une poignée de dirigeants de banque véreux, non ?

Et bien il faut croire qu’Eva Joly, ancienne juge anti-corruption et présidente de la commission développement au Parlement européen n’a pas non plus apprécié la plaisanterie. Lors d’une conférence de presse durant les Journées d’été des Verts et Europe-Ecologie à Nîmes, elle a demandé à savoir ce que la BNP a gagné dans ses 189 filliales localisées dans des paradis fiscaux.

Nous souhaitons savoir pour la BNP ce qu’elle a gagné dans ses deux filiales à Chypre, dans les 27 filiales au Luxembourg, dans les 21 filiales au Iles Caïman” a-telle déclaré sans ambages.

Moi qui croyais que depuis le dernier G20, il n’y avait plus de paradis fiscaux !

Eva Joly a également demandé que “les députés Verts français déposent une proposition de loi qui oblige les multinationales à déclarer les revenus pays par pays. [...]En attendant, Europe-Ecologie va prendre l’initiative d’interpeller ces multinationales“, a-t-elle rajouté, souhaitant la “création d’une commission d’enquête chargée d’établir le rôle des paradis fiscaux en matière de développement“.

La BNP n’a pas été choisie au hasard. Dans notre travail sur l’Afrique, nous avons vu trop souvent la BNP impliquée dans des montages sur le pétrole qui permettaient aux chefs d’Etat de dégager des fonds dans leurs propres comptes ouverts dans les paradis fiscaux“.

Quand on connait l’impressionant parcours de cette magistrate, il ne fait peut-être pas si bon être banquier, de nos jours …

Poster un commentaire

Subscribe without commenting