Minuit 23. Je suis devant la “télé” de mon meublé, sur LCP Assemblée Nationale : “Çà vous regarde”, présenté par Arnaud Ardouin. Quatre mecs se font face à 2 de front, avec le journaliste en plus. On connaît le lay-out spatial de l’émission.

Oui, “Çà me regarde”. Là, j’ai réussi à noter que deux noms : Christophe Prazuck et un certain Philippe Folliot. J’ai du mal avec ces deux-là. Deux autres : Jean-Dominique Merchet et Jean-Michel Boucheron…je préfère ces deux-là. Mais j’ai tort de préférer : ils ont été placés comme çà pour que l’on se positionne en conséquence, hyper biaisée donc comme préférence.

En plus des présent, les deux invités “santinelles” qui sont là via la webcam de l’émission, Laurent et Bernard. Ils posent des questions hyper claires : quel est l’intérêt de la France dans ce conflit ? Quelle est la dimension humaniste (et pas humanitaire) ? On dit quoi aux familles qui disent au revoir à un membre de leur famille ? Pourquoi est-ce que c’est la France qui va là-bas ? Que fait vraiment la France là-bas en dehors de vouloir faire du Nation-Building ? Pourquoi toujours obéir aux Etats-Unis au doigt et à l’oeil ?

Laurent, un jeune qui me faisait penser à Abd Al Malik, physiquement et dans son “énergie”: béret noir sur la tête, regard franc et posé, lucide. Origines métissées, pour la paix des peuples. Un beau mec en plus. Bernard, un monsieur dans la force de l’âge, regard sérieux et attentif d’un prof à la retraite, qui plus est un prof d’Histoire Géo. Je me lâche sur ce que suggèrent les apparences. Soyons fous…

Là, petit documentaire sur des légionnaires qu s’entraînent à Calvi. Ils utilisent le terrain de la Corse pour s’entraîner avant de partir “là-bas” : le Capitaine Emmanuel Pavillard témoigne et commente l’entraînement de boxe de ses soldats “Un soldat, c’est quelqu’un d’agressif. La boxe, c’est le meilleur moyen de la manifester.” Punaise, le mec. Trois recrues sont interviewées : “Là-bas on va être juste là, on va pas faire feu de suite, on va les attendre, et là on verra”. Un autre avec un accent slave “On va pas réfléchir, là il faut plus penser, il faut se battre”. “On est prêt là, on est prêt” dit le dernier sourire aux lèvres.

Fin du petit documentaire. Là, Philippe Folliot, qui vient de regarder le doc avec nous, est super touchant en disant qu’il faut rendre hommage à “nos soldats”.

Enfin bref…moi ce que j’entends et vois dans ce face à face Armée-sang-tripes-et-boyaux/Humanisme-Non Ingérence-Complot c’est un dialogue de sourd, comme d’habitude.

L’émission est terminée, et je suis là comme une idiote à regarder l’hégémonie du sang. La France va en Afghanistan, reste en Afghanistan. Pour qu’Al Qaïda ne vienne pas à Paris. parce qu’ils sont méchants, pas beaux et énervés. Et pour être certain que les vrais Afghan ne cachent pas de vrais terroristes, on en rapatrie à Kaboul…alors que c’est le gros bordel là-bas.

Et pendant ce temps, à Copenhague ? Et le débat sur l’Identité Nationale M. Besson ? Et mes pâtes sont cuites aussi ? Et un demi-pêche s’il vous plaît ! Banalisation de l’actu = banalisation du quotidien.

J’en ai marre d’écouter des gens qui parlent de régler les problèmes des autres, chez eux en plus…sans dire les vraies raisons de leur présence, l’intérêt qu’ils en retirent. Le fric qui coule, de où à où et à quel fin. Et je parle pas de l’entrevue entre Nicolas Sarkozy et Denisot, ni de cette dirigeante des Pays-Bas je crois présente à Copenhague pour trouver des solutions pour sauver la planète alors que son pays a déversé des eaux usés sur les voisins, la Flandre…

C’était donc mon coup de gueule du soir.

Bonsoir.