Minuit 23. Je suis devant la “télé” de mon meublé, sur LCP Assemblée Nationale : “Çà vous regarde”, présenté par Arnaud Ardouin. Quatre mecs se font face à 2 de front, avec le journaliste en plus. On connaît le lay-out spatial de l’émission.

Oui, “Çà me regarde”. Là, j’ai réussi à noter que deux noms : Christophe Prazuck et un certain Philippe Folliot. J’ai du mal avec ces deux-là. Deux autres : Jean-Dominique Merchet et Jean-Michel Boucheron…je préfère ces deux-là. Mais j’ai tort de préférer : ils ont été placés comme çà pour que l’on se positionne en conséquence, hyper biaisée donc comme préférence.

En plus des présent, les deux invités “santinelles” qui sont là via la webcam de l’émission, Laurent et Bernard. Ils posent des questions hyper claires : quel est l’intérêt de la France dans ce conflit ? Quelle est la dimension humaniste (et pas humanitaire) ? On dit quoi aux familles qui disent au revoir à un membre de leur famille ? Pourquoi est-ce que c’est la France qui va là-bas ? Que fait vraiment la France là-bas en dehors de vouloir faire du Nation-Building ? Pourquoi toujours obéir aux Etats-Unis au doigt et à l’oeil ?

Laurent, un jeune qui me faisait penser à Abd Al Malik, physiquement et dans son “énergie”: béret noir sur la tête, regard franc et posé, lucide. Origines métissées, pour la paix des peuples. Un beau mec en plus. Bernard, un monsieur dans la force de l’âge, regard sérieux et attentif d’un prof à la retraite, qui plus est un prof d’Histoire Géo. Je me lâche sur ce que suggèrent les apparences. Soyons fous…

Là, petit documentaire sur des légionnaires qu s’entraînent à Calvi. Ils utilisent le terrain de la Corse pour s’entraîner avant de partir “là-bas” : le Capitaine Emmanuel Pavillard témoigne et commente l’entraînement de boxe de ses soldats “Un soldat, c’est quelqu’un d’agressif. La boxe, c’est le meilleur moyen de la manifester.” Punaise, le mec. Trois recrues sont interviewées : “Là-bas on va être juste là, on va pas faire feu de suite, on va les attendre, et là on verra”. Un autre avec un accent slave “On va pas réfléchir, là il faut plus penser, il faut se battre”. “On est prêt là, on est prêt” dit le dernier sourire aux lèvres.

Fin du petit documentaire. Là, Philippe Folliot, qui vient de regarder le doc avec nous, est super touchant en disant qu’il faut rendre hommage à “nos soldats”.

Enfin bref…moi ce que j’entends et vois dans ce face à face Armée-sang-tripes-et-boyaux/Humanisme-Non Ingérence-Complot c’est un dialogue de sourd, comme d’habitude.

L’émission est terminée, et je suis là comme une idiote à regarder l’hégémonie du sang. La France va en Afghanistan, reste en Afghanistan. Pour qu’Al Qaïda ne vienne pas à Paris. parce qu’ils sont méchants, pas beaux et énervés. Et pour être certain que les vrais Afghan ne cachent pas de vrais terroristes, on en rapatrie à Kaboul…alors que c’est le gros bordel là-bas.

Et pendant ce temps, à Copenhague ? Et le débat sur l’Identité Nationale M. Besson ? Et mes pâtes sont cuites aussi ? Et un demi-pêche s’il vous plaît ! Banalisation de l’actu = banalisation du quotidien.

J’en ai marre d’écouter des gens qui parlent de régler les problèmes des autres, chez eux en plus…sans dire les vraies raisons de leur présence, l’intérêt qu’ils en retirent. Le fric qui coule, de où à où et à quel fin. Et je parle pas de l’entrevue entre Nicolas Sarkozy et Denisot, ni de cette dirigeante des Pays-Bas je crois présente à Copenhague pour trouver des solutions pour sauver la planète alors que son pays a déversé des eaux usés sur les voisins, la Flandre…

C’était donc mon coup de gueule du soir.

Bonsoir.

6 commentaires

  • Johan (38 comments), le 17 décembre 2009

    A propos de l’Afghanistan et des expulsions à Kaboul, il y a le “débat” qui n’a pas eu lieu entre le bulldog du bulldog (Lefebve) et Jean Glavany (député PS). http://www.dailymotion.com/video/xbij95_face-a-frederic-lefebvre-jean-glava_news
    Tout le monde à noté le fait que Glavany a quitté le plateau parcequ’il ne pouvait pas parler sans être interrompus par un bulldog agressif.

    Personnellement, il y deux choses qui m’ont plus marqués :
    Quand j’entends que les Afghans sont expulsés parcequ’ils ont épuisé les recours administratifs et donc que c’est la suite “normale” des choses, ça me fait vomir. Quand en suite j’entends que ces personnes sont en âge de “combattre” pour leur liberté et que c’est même leur devoir ! J’ai envie d’hurler. Ces P****N de C*****D de l’UMP n’ont vraiment aucun respect !

  • Santinèle (81 comments), le 17 décembre 2009

    Merci Johan, je suis en train d’écouter Lefebvre…il est tellement posé, sûr d’avoir la majorité de son côté. Pour lui c’est normal d’être là-bas, la présence française ne le choque pas…”former la police là-bas”. J’en reviens pas.
    Personne n’a formé la police française que je sache, l’Occident a eut le temps (plus de mille ans de Moyen-Âge pour trouver des façons de faire et de s’organiser, pas sans bain de sang, pas sans erreurs et obscurantisme…) d’apprendre par lui-même sans être “fliqué” par des gens venus de loin, qui se mêlent de leurs affaires internes sans tenir compte de leurs intérêts internes.
    Mais en imposant tout simplement un modèle, un moule, un “pattern” qui malheureusement est bien décevant.
    Et personne ne parle du Lion du Panshir…le Commandant Massoud, architecte visionnaire qui avait senti le 11 septembre arriver avec ses gros sabots.
    L’ONU n’avait pas écouté.
    Tu as raison, le double discours est à vomir.

    Je sais pas quoi penser de l’Ingérence.
    J’en sais vraiment rien.

  • Marmotte (16 comments), le 17 décembre 2009

    Tout le monde s’embourbe en Afghanistan, tout comme la Russie auparavant. La présence initiale n’était pas mal en soi et légitimait la position de Massoud. On ne peut pas laisser des personnes comme les Talibans persecuter une population, interdire aux filles d’aller à l’école et en faire de véritables esclaves. Les intellectuels on fuit ce pays au moment de la prise de pouvoir et Yasmina Khadra en fait un état des lieux dans son livre “Les hirondelles de Kaboul”.
    Bon, le problème c’est qu’aujourd’hui les Talibans reviennent au pouvoir.
    En tant que femmes, si je vivais là-bas, j’aimerais que la communauté internationale intervienne. Après, quand à la manière de le faire, je ne suis pas spécialiste.
    Mais voilà… : http://www.rue89.com/2009/04/01/afghanistan-le-president-karzai-legalise-le-viol-entre-epoux
    Destruction des écoles de filles(d’autres sont gazées): http://www.elle.fr/elle/Societe/News/Afghanistan-les-filles-interdites-d-ecole/(gid)/801393

    Concernant le renvoi des Afghanistans, certes je ne le cautionne pas, mais 9 sur les 250 qui étaient sur le camp des roms lors de sa destruction au mois d’Août c’est peu. De mon côté, j’ai entendu dire ou plutôt j’ai lu que ceux qui sont renvoyés sont ceux qui n’ont pas fait de demande d’asile contrairement aux autres. Si c’est vraiment le cas, peut-être n’ont-ils pas été informés. Mais il est sûre que nous sommes quand même dans un pays qui acceuille et permets le droit d’Asile. Certes, il y a des démarches à faire, mais n’est ce pas normal? On sait que le statut de réfugié s’obtient et ne se donne pas sur simple présentation d’un état civil…

  • Johan (38 comments), le 17 décembre 2009

    Demande d’asile faite ou pas, il n’en reste pas moins qu’on vient de renvoyer de force des personnes humaines dans un pays en guerre sous des justifications irrespectueuses.

  • Marmotte (16 comments), le 18 décembre 2009

    C’est un raccourci simpliste… désolée. Dans ce cas, ok, on ne respecte pas les règles, mais cela s’applique dans tous les sens. Dans ce cas, demain, ton entreprise peut te virer dans l’heure sans que tu ne puisse montrer une quelconque objection.
    Il y a des règles, des obligations et des devoirs, et ce n’est pas pour rien…

  • Santinèle (81 comments), le 19 décembre 2009

    @Marmotte : tes avis sont bien documentés et c’est tentant d’adopter ton point de vue. Mais la réaction à vif de Johan est aussi très tentante.
    J’ai un vrai problème avec l’ingérence. L’ingérence c’est quand on vient intervenir là où personne ne nous a demandé de le faire. D’oùle terme ingérence “conduire à partir du dedans”. C’est fort comme définition littérale ! A l’échelle humaine, dans les interaction One to One, moi je refuse que quelqu’un que je n’ai ni choisi, ni appelé essaye de me guider “de l’intérieur”. Et je ne parle de possession démoniaque, quoique ce serait un exemple intéressant – et un tout autre sujet ! – mais réellement de quelqu’un d’autre (le fameux “Autre” de @lauraz47) pareil à moi et différent, se mettrait à essayer de me contrôler à partir d’informations qu’il saurait de moi. Partiellement en plus.
    ———————————————–
    Il y a coopération, collaboration quand il y a eut une demande claire à la base de la part de quelqu’un (personne morale, physique, ou une Nation) sur des points précis. PRECIS.
    Oui, en tant que femme, peut-être aurais-je souhaité que la Communauté internationale intervienne. Il y a de fortes chances…mais qu’elle se contente de m’aider là où j’ai demandé et de façon à me laisser libre après l’aide. Pas plus.
    ———————————————–
    Si je demande à quelqu’un de m’aider sur un point précis, je ne veux pas qu’il aille trop loin dans son aide…je ne veux pas qu’il finisse par m’aider là où je sais déjà faire !
    ———————————————–
    La question reste compliquée de toute façon.
    La question des droits et devoirs…est intéressante aussi. Droit envers qui ? Devoirs envers qui ?
    ———————————————–
    Il y a des plans, des points, des thématiques, des sujets etc. sur lesquels la France aurait bien besoin d’aide aussi. Cette aide, ce savoir, cette science etc. n’est pas chez elle, mais chez des peuples “forts dans d’autres domaines”. Accepterait-elle qu’on s’ingère dans ses affaires ?

Poster un commentaire

Subscribe without commenting