Par Santinele

Avatar de Santinele

Citoyen (4)

Le dernier commentaire rédigé par @Claire à l’article Citoyen était tellement inspirant que j’ai cru qu’en ajoutant à mon tour un simple commentaire en réponse suffirait. Au fil de sa rédaction, il est devenu un article…



Trois façons de se positionner qui ont le mérite d’être claires – sans faire de jeu de mot – et différentes :

1) @George : Votera, votera pas…

2) @Monolecte : Premier tour de piste

3) @Petaramesh : Sois courageux abstiens-toi

Je pique à Monolecte l’expression “voter avec sa vie” – peut-être l’a-t-elle pris quelque part…peu importe, on sent qu’elle habite l’expression quand elle l’utilise. C’est à mon sens ce qui compte le plus. Voter avec sa vie est bien, être capable éventuellement de se dire voire se décrire (car quoi qu’on fasse nos actions sont politiques au sens grec du terme – version adjectivée) c’est bien bien.

Mais quand nos actions parlent mieux que les mots, c’est le top. Quand l’être précède le dire, c’est bon. Moi je respecte çà. J’aime la cohérence et je la recherche pour moi-même, dans mon quotidien.

La Cité – toujours au sens grec mais non pas étymologique, mais sémantique – est devenue trop grande, trop protéiforme, aux contours trop flous pour qu’on puisse en toucher le point nodal, central qui est la participation active de l’individu dans la concertation. Il me semble que la Cité dépasse nos frontières.

J’oublie pas Franck Lepage quand je balance tout çà.

Et donc la Cité est trop grande : on n’en voit ni les tenants, ni les aboutissants. La Cité est planétaire, réelle en dur, chair et os, béton et barres de fer, et aussi virtuelle avec le Ternet, le Wifi et tout çà…et les deux ensembles, étroitement imbriqués. C’est trop, en tout cas pour débuter une vie citoyenne consciente, c’est too big. Ni bon ni mauvais, mais trop.

Il se passe réellement quelque chose de nouveau : des prises de conscience individuelles ont lieu pour des créations de petites cités – réelles, virtuelles, ou les deux encore une fois – dont on comprend le “sens” et dans lesquelles on se sent de taille pour participer, construire, et surtout avoir UNE VOIX.

Voter

—> latin “votum”

—> promesse…engagement quoi.

On ne peut voter que dans une Cité ou on peut faire des promesses, s’engager, sans danger, sans risque d’être trahi c’est à dire face  à et envers des interlocuteurs auxquels on a CONFIANCE…Une Cité dont comprend le sens, dans ses fondements, ses fondations. Comprendre ce qu’est la France aujourd’hui par exemple, c’est pas simple et çà met du temps. Je ne sais même pas si c’est possible. J’ai pas envie d’essayer, ce n’est pas un projet. L’Histoire est faite d’histoires. Et les histoires ce sont les gens, ceux que l’on côtoient et surtout et avant tout les gens c’est d’abord moi et ma façon continuer en action ce que j’ai intégré de ma culture. Ai-je le courage de conscientiser pour trier puis agir en conscience? Ou est-ce que je répète par principe ce que j’ai hérité de mes parents, ma famille, mon milieu, etc. ? Comme dirait Stupéflip en serrant les dents tout en hurlant, beaucoup de travail.

Je terminerai avec une citation d’un auteur dont le nom ne dira rien à personne : “La façon la plus efficace de combattre un système qui ne nous convient plus n’est pas de lutter contre lui mais de s’en désintéresser et de ne plus l’alimenter. Il n’y a rien à faire contre les grands de ce monde, mais tout à faire sans eux.”

Question : de quelle(s) Cité(s) sommes-nous citoyen ?

Un commentaire

  • George (169 comments), le 3 mai 2010

    En étant un brin optimiste (ou utopiste ?), je dirai que tu es au moins citoyenne de ce blog ;)
    Les blogs, de manière générale, me semble d’ailleurs de plus en plus des lieux d’échange, de réflexion… des espaces à taille humaine ou chacun peu trouver sa place.
    Je n’irai pas jusqu’à faire l’apologie de la dématérialisation des rapports entre personnes mais une nouvelle forme de citoyenneté me semble apparaitre grâce à la démocratisation d’internet.
    Certainement un sujet à creuser…

Poster un commentaire

Subscribe without commenting