Les débats concernant la loi Hadopi ont repris hier à l’Assemblé  Nationale, après quinze jours d’interruption.

Curieusement, alors que le texte définitif n’a pas encore été voté, les passions qu’il déchainait il y a peu semblent avoir disparues.

Il n’y avait hier dans l’hémicycle qu’une vingtaine de députés (sur 577 !). Outre que cela pose il me semble la question du sérieux de nos représentants, il ne faudrait pas beaucoup de voix pour que la balance penche en faveur, ou pas de ce projet de loi. D’autant plus qu’actuellement, la majorité des critiques sont le fait d’élus UMP et non de l’opposition ! Il suffirai qu’une dizaine de députés de gauches prennent la peine d’aller siéger à l’Assemblée Nationnale pour faire obstacle à ce projet de loi. Soit une mobilisation d’environ 10% des effectifs du Parti Socialiste seulement.

Hélas, bien que ce projet de loi soit exceptionnellement controversé sur internet, que l’Europe vienne de mettre à mal le principe de riposte graduée, estimant que cela reviendrait à priver les citoyens d’accès à l’éducation, nos dirigeants, de tous bords, se désintéressent ostenciblement de cette question.

Quand aux membre de l’opposition (quoiqu’il soit difficile de parler en l’occurence d’opposition), j’en viens à me demander si leur absence des débats ne montre tout simplement pas qu’ils sont favorables à ce projet de loi. Sans, bien entendu, avoir le courage de l’admettre, le rôle d’opposant n’étant pas précisemment d’approuver un gouvernement que l’on souhaite remplacer.

Il est triste de constater que sur un sujet touchant prêt d’un français sur deux, personne, parmi nos dirigeants, ne semble s’intéresser à la question. Quand on voit l’absentéïsme des députés face à leur responsabilités, comment s’étonner de celui des Français quand il s’agit d’aller voter ?

Que dire de l’hypocrisie de la gauche qui, pour ne pas paraitre soutenir un projet de droite, fait semblant de s’en désintéresser ?

Poster un commentaire

Subscribe without commenting