Au risque de décevoir mes lecteurs, je n’ai eu, depuis ce week-end, que fort peu d’informations fiables sur l’Iran. Un verrouillage complet des télécommunications, internet y compris, était en question. Peut-être a-t-il été appliqué… Quelques informations ont tout de même, via Twitter, filtré. Les voici :

Des rumeurs concernant l’arrestation de Moussavi ont été nombreuses. Elles ont toutes été démenties. Il n’en reste pas moins avéré, ou presque, que Moussavi, craignant pour sa vie, n’oserait plus sortir de chez lui. Ce qui produit donc, in fine, le même résultat.

Les arrestations de journalistes iraniens ont continué. Que l’occident se rassure, il n’y a plus en Iran, depuis le début des affrontements, de journalistes étrangers. Pas de quoi s’alarmer donc.

Mes principales sources d’informations sur le terrain sont, depuis deux jours, muettes. @Persiankiwi, un des informateurs les plus actifs sur Twitter, aurait été arrêté (notez l’emploi du conditionnel). Aucune nouvelle de lui depuis le 24 juin en début de soirée. Cette source, dont je vous garantissais la fiabilité dès le début des évenements en Iran, est devenue en deux semaines une véritable star : cité notamment par le New York Times, ayant sa page sur Wikipédia, il était peut-être devenu une personnalité trop génante pour le pouvoir en place…

Ma seule source fiable, et témoin direct de la situation iranienne, reste @Change_for_Iran. Derrière ce pseudonyme se cachent non pas une personne, mais un petit groupe d’étudiants. Ceci font des allers-retours très réguliers entre Téhéran, et un endroit inconnu d’où ils peuvent relayer sur Twitter les informations recueillies quelques heures plus tôt. Quand l’un d’entre eux se fait prendre, ce qui, hélas, est déjà arrivé, un de ses camarades prend le relais.

Vous pouvez bien sur continuer à suivre @StopAhmadi, mais cet iranien, vivant à l’étranger et relayant jusqu’alors des informations de première main, ne transmet depuis quelques jours que des informations de l’étranger, se contentant de faire une sorte de revue de presse, souvent efficace il est vrai, de la situation en Iran. Je suppose que ses propres informateurs ont été, eux aussi, capturés, ou sont tout du moins dans l’incapacité de communiquer.

De manière générale, il est actuellement presque impossible de savoir ce qui se passe en Iran. Mais l’absence même d’information laisse supposer que le conflit est loin d’être appaisé.

Enfin, la grande mascarade du jour est le recomptage des bulletins de vote. Enfin, pas tous, seulement 10% ! Et pour être bien certain de ne pas avoir de mauvaise surprise, sans que le résultat de ce nouveau comptage ne puisse influer sur la légitimité du président Ahmadinejad. Cet expédient, quand à moi, me semble plus propre à jeter de l’huile sur le feu qu’à calmer les esprits. Qu’arriverait-il si par miracle, d’après ce recompte, Moussavi était donné gagnant ? Et qui croira à la véracité d’un résultat confirmant l’élection d’Ahmadinejad ?

J’espère pouvoir, dans les jours qui suivent, continuer à vous informer sur l’actualité iranienne pour laquelle je me suis passionné. Hélas, si, comme je le crains, aucune des sources fiables que j’avais identifié ne se manifeste, je serais contrains d’arrêter. Je me refuse à diffuser des informations non vérifiées, et encore plus à discuter stérilement d’un quelconque “phénomène Twitter dans la révolution iranienne”, ou autres foutaises du même genre, qui ne servent qu’à  masquer l’incompétence l’incapacité des médias à traiter correctement un sujet de fond que peu de personnes osent aborder.

[Edité à 19h37] : @PersianKiwi n’a pas été arrêté, il n’a simplement plus accès à internet … comme la majorité des iraniens.

Poster un commentaire

Subscribe without commenting