nedaToute personne s’intéressant un tant soit peu au conflit Iranien a probablement vu la vidéo dont l’image ci-contre est tirée.

Jusqu’alors, peu de gens se rendaient compte de la violence des affrontements entre manifestants iraniens et forces “de l’ordre”. Il a suffit d’une “martyr”, et surtout des images de cette mort, car sans image, l’information, aujourd’hui, n’est rien, pour que l’opinion publique s’indigne enfin de l’actualité sanglante du moyen-orient.

Je ne voudrais pas juger le cynisme, ou la foi en une révolution, dont le caméraman a du faire preuve en filmant en direct cette mort. Installé tranquillement dans mon fauteuil, il serait indécent de m’ériger en moralisateur concernant des évenements dont la portée m’échappe en grande partie.

Pour les sceptiques de tous bords mettant en cause la véracité de ces images, vous pouvez aller voir le blog de Paulo Coelho (en anglais), le célèbre auteur, lequel a authentifié celle-ci grâce à la présence du médecin tentant en vain de sauver Neda, et qui se trouve être de ses amis.

Mais ce qui m’écoeure profondément, c’est qu’il a fallu que cette mort , atroce certes, mais hélas semblable à des centaines d’autre, soit filmée pour qu’enfin l’opinon internationale se réveille. Et encore, est-ce avec la plus grande prudence !

Pourtant, la liste des morts et des arrestations, depuis quelques jours, est longue, très longue…

Toujours est-il que grâce à la mort de Neda, martyr officielle de la révolution iranienne, les états se réveillent enfin. Des manifestations de soutien s’organisent dans de nombreux pays devant les ambassades iraniennes. L’union européenne a décidé d’envoyer une délégation en Iran, grâce à l’activisme de Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix iranien. Ce dernier appelle à la tenue de nouvelles élections, supervisées, cette fois-ci, par une instance intenationale (l’ONU par exemple).

Bien qu’une prise de conscience collective de la gravité de la situation iranienne commence à poindre, les médias traditionnels restent étrangement discrets quand à ces évenements.

Est-ce la peur de transmettre des informations erronées, tant il est vrai que trouver de informations fiables demande un effort (je me trouve d’une mansuétude extrème en évoquant cette possibilité)?
Pensent-ils que l’actualité du monde arabe ne peux pas intéresser les bons français ?
Est-ce parce que l’Iran est le second producteur mondial de pétrole et de gaz, et que des enjeux politico-économiques empêchent les journalistes, dont on connais, hélas, la proximité avec le pouvoir, d’informer trop librement sur une situation quelque peu complexe ?

Toujours est-il qu’il risque malheureusement d’y avoir besoin de bien d’autres “martyrs” avant que les gouvernements occidentaux ne se sentent obligés de s’intéresser à une situation de plus en plus inextricable.

En attendant, des gens meurent en Iran. (comme à bien d’autres endroits dans le monde me direz vous, mais est-ce vraiment une raison pour s’en désintéresser ?)

Un commentaire

Poster un commentaire

Subscribe without commenting