Par George

Avatar de George

Le Google-bombing, nouveau moyen de protester ?

Vous vous souvenez certainement du dernier Google-bombing dirigée contre notre bien-aimé président, Nicolas Szarkozy, et le désignant comme étant le trou du cul du web. Cette fois-ci, c’est son fils cadet, Jean qui se trouve visé par la vindicte populaire des internautes français.

Jean Sarkozy président dès 2012Il parait raisonnable de supposer que l’ire des usagers du tout à l’égout de la démocratie (internet, pour les incultes) ait été déclenchée par la nomination de ce dernier à la tête de l’EPAD. Et c’est, non sans humour, sur le terme de “fils à papa” que s’est déclenché cette attaque qualifiée. Actuellement, cette recherche donne pour troisième résultat, dans Google, l’adresse du site de Jean Sarkozy.

L’initiative de cette infâmante publicité revient à Luc Mandret, bloggeur “politique” et très certainement trublion de la pire espèce. Peut-être même ne vote-t-il pas à droite ! Relayée sur Twitter ce matin, l’idée a visiblement séduit de nombreuses personnes au vu de la rapidité de l’indexation dans le célèbre moteur de recherche.

Quoi qu’il en soit, le Google-bombing me semble en passe de devenir une nouvelle arme politique, plutôt que simple blague potache. Le peuple aurait le pouvoir, simplement, de s’exprimer !

Qu’en pensez-vous ?

Un commentaire

  • Dominique Rabeuf (2 comments), le 19 octobre 2009

    Cela ne marche pas seulement dans Google mais aussi avec Bing
    http://www.bing.com/search?q=trou+du+cul+du+web&go=&form=QBLH&filt=all

    C’est un indice de convergence d’expressions pour période donnée. Cela peut-être une protestation, une préoccupation, une célébration.

    Les moteurs de recherche sont neutres.
    S’il y a par exemple un certain nombre de fois un jeux de termes comme « recette de pommes de terre aux algues de Bretagne saupoudrées de poudre de plutonium » parmi ceux qui recherchent une recette de pommes de terre certains seront étonnés, d’autres riront, d’autres fulmineront.

    Allez savoir pourquoi.

Poster un commentaire

Subscribe without commenting