Il y a quelques jours, l’état français est devenu actionnaire de Dailymotion, par l’intermédiaire du Fonds stratégique d’investissement (FSI), lequel a investi 7,5 millions d’euros dans cette entreprise française concurrente de Youtube. Ce fonds souverain, créé il y a un an par Nicolas Sarkozy, se voulait une “arme anti-crise”. La vocation de ce fonds d’investissement est de soutenir les entreprises françaises, et, bien évidemment, de dégager du bénéfice.

Pourquoi donc le FSI investit-il dans Dailymotion ?

La question peut légitimement se poser. En effet, cette entreprise n’a à priori aucun besoin des deniers de l’état. Elle se porte bien, financièrement parlant puisqu’après un “plan d’économie” (surtout, ne pas parler de plan social !) cet été, elle a enfin atteind l’équilibre financier. Les bénéfices à en attendre ne sont pas pour autant mirobolants car si l’on en croit Cédric Tournay, son PDG, “Nous avons atteint l’équilibre et l’objectif est d’être rentable sur l’ensemble de l’année 2010“. Bref, l’investissement ne risque pas d’être rentable à cours terme, et quand on connait la volatilité des nouvelles technologies, il me parait, au minimum, risqué.

Soupçons de censure ?

Le Grand Guignol
Les collusions entre politique et médias sont suffisamment courantes pour que l’on puisse immédiatement soupçonner l’état français de vouloir controler les vidéos de Dailymotion.

Voici la réponse de Cédric Tournay : “Le FSI est minoritaire au capital, il n’est pas du tout question qu’il pèse sur notre ligne éditoriale. Certes, c’est un investisseur public, mais c’est d’abord un investisseur, qui cherche à faire fructifier son argent.”

Nous voilà rassurés ! Aucun risque de censure rampante ne menace donc Dailymotion. Ses utilisateurs pourront donc continuer de poster les vidéos de leur choix, regarder et diffuser des documents qu’un état plus totalitaire aurait considéré comme subversifs… La liberté d’expression ne risque pas par ce billet d’être encore attaquée.

Soupçons confirmés ?

Hélas, il y a en France de dangeureux agitateurs qui, au nez et à la barbe des pouvoirs publics, osent se moquer de notre vénéré président Nicolas Sarkozy. J’ai nommé : Les Guignols de l’Info. Nicolas Sarkozy, prônant la rupture, ne peut décemment pas calquer son attitude sur celle de son prédécesseur Jacques Chirac, qui, lui, préférait rire de ces marionettes impertinentes. Il s’offusque donc, et critique ouvertement un tel crime de lèse-majesté. Il va même jusqu’à demander la tête du directeur-adjoint de Canal, Rodolphe Belmer.

Et aujourd’hui, le quotidien belge LeSoir (pour savoir ce qu’il se passe en France, rien de tel que les journaux étrangers) révèle qu’il n’y a plus, sur Dailymotion,  aucune des vidéos des Guignols ayant suscité l’ire présidentielle. Etonnante coïncidence…

Heureusement, il reste Youtube :

Un commentaire

  • jemery (1 comments), le 30 octobre 2009

    Pour infos c’est la politique de canal+ de demander la suppression de leur contenu présent sur DM et Youtube … car canal+ les diffusent (pendant 1 semaine sur leur propre site web )
    Bon après qu’elle ne touche que les vidéos des guignols ? cela reste à confirmer

Poster un commentaire

Subscribe without commenting