Voici l’article qu’un fou furieux a diffusé sur Twitter (vous savez, ce repaire de pirates pédophiles) : Eric Woerth dénonce le “nombre colossal de détraqués” sur Internet

Voici le fou furieux. A moins qu'il ne s'agisse d'un détraqué...

Pour ceux n’ayant pas le courage de cliquer sur les liens, voici un bref résumé de la “pensée” d’un de nos ministres préférés :

Sur Internet, avec la vitesse de propagation des choses, d’abord il y a tous les fous furieux qui parlent là dessus. Il y a un nombre de détraqués qui est assez colossal

Il y a en même temps des sites d’information très sérieux, mais ils vont très vite. Et vous n’avez pas la possibilité de répondre comme dans un journal où vous pouvez l’exiger

Il n’y a pas de droit à l’oubli. Si vous allez cliquer sur Google ou je ne sais pas quoi, en cherchant votre nom, probablement 10 ans après vous aurez toujours les mêmes articles et les mêmes trucs, même si c’était faux

Et la vidéo, en cadeaux bonus si vous avez beaucoup de courage :

C’est vrai qu’il faut bien avouer que sur internet, la vitesse de propagation des conneries est assez impressionnante. A peine sortie sur un plateau télé qu’un internaute détraqué la diffuse. Enfin, rassurez vous, il y a tout de même des sites d’information très sérieux.

Alors comme ce Glob n’est pas sérieux, et qu’en plus je ne vais pas très vite, réjouissez-vous, il y a ici un droit de réponse ! Comme sur presque tous les sites “sérieux” d’information ! Ça s’appelle… les commentaires !

Et si, Monsieur Woerth, en cherchant votre nom sur Google, vous arriviez, sais-t-on jamais, sur ce Glob, je serais enchanté (ou du moins je m’efforcerai de faire semblant) de vous laisser répondre à cet article.

Cela étant cependant assez peu probable, je vous assure toutefois, comme l’a si bien résumé mon ami @leclown, que les détraqués et fous furieux sévissant sur internet se chargeront probablement de répondre eux-même par les urnes en 2012. Et eux non plus, pas plus que Google, ne vous oublieront…