Par

Votera, votera pas…

Dimanche, comme certains français, j’ai été voter. Accomplir mon fameux devoir citoyen. Avec à peu près autant d’enthousiasme que dans ma prime jeunesse quand je baclais au plus  vite mes devoirs scolaires.

Malgré l’écoeureument grandissant que je ressent face à la classe politique, je n’ai jamais consenti à m’abstenir. Pour moi, le vote a toujours été plus un devoir qu’un droit. La preuve que nous vivons en démocratie. Une chance qu’il serait stupide de gacher.

Tout le monde sais bien que voter, c'est important

Mais voilà, depuis peu, le doute m’habite. Vivons-nous vraiment en démocratie ? Dans les formes, certes. Mais dans le fond ? Dégringolade au classement RSF, violences policières, démantelement de la justice, de l’éducation, manipulation constante des médias “officiels”, népotisme, omniprésence et personnification à outrance de président de la république, … je ne suis pas certain que nous ayons trop à nous targuer de cette démocratie.

C’est pourquoi, bien que ce post de @petaramesh m’ait de prime abord choqué (Le seul “devoir de citoyen” c’est celui de refuser d’être pris pour un con) je ne peux que comprendre ce rejet d’un jeu de dupe auquel de moins en moins de français participent.

Dans le même registre, Thierry Crouzet écrivait sur son blogJe n’ai pas voté une nouvelle fois et je ne voterai pas tant que la démocratie ne sera qu’un simulacre.

J’ai également beaucoup apprécié la démarche de @monolecte répondant à son dilemme (“Ne pas y aller, ça aurait fait démissionnaire. Y aller, ça fait complice.“) d’une manière pleine d’humour et d’ironie.

Et moi, dans tout ça ? Bien que je comprenne et partage en grande partie le sentiment d’une majorité de français ayant décidé de s’abstenir d’être pris pour des cons, je ne peux me résoudre à ne rien faire. Je vois bien que la France va à vau-l’eau, qu’y a plus d’saisons, que rien n’va plus ! Mais c’est-y une raison pour baisser son pantalon les bras ?

Si nous ne sommes plus en démocratie, l’abstention est certainement un beau cadeau à faire au gouvernement. Dans le cas contraire, s’il n’est pas encore trop tard, je ne vois que deux choix : voter, ou prendre les armes. La seconde solution n’est-elle pas un peu extrême ?

Dimanche, mon fils de cinq ans m’a posé une question très pertinente : alors que je lui expliquais que j’allais essayer de choisir un chef moins pire que les autres (je ne voyais pas comment expliquer de manière plus simple la démocratie), il m’a demandé si je ne voulais pas l’être. Ben non. Pourquoi ? Parce que les chefs ne font souvent que se disputer, mentir, tricher, voler, et faire du mal au gens. Pas envie de partir au casse-pipe. Y’a pas quelqu’un d’honnête qui voudrait se dévouer ?