Par

Et si la crise financière empirait vraiment ?

Il y a des jours ou le poids de la notoriété vous pèse. Par exemple lorsque votre fan-club vous harcèle afin que vous pondiez plus d’un article tous les six mois. Et que vous ne trouvez rien de mieux à répondre à cette horde d’admiratrices (mon fan-club est exclusivement féminin, est-ce ma faute ?) que vous ne savez pas quoi écrire. Non pas par manque de sujets à traiter. Mais plutôt par excès…

Bon, j’exagère un peu pour le fan-club, et c’est vrai qu’il y aurait peut-être, éventuellement, une once de paresse de ma part qui expliquerait également le peu d’articles que j’écris ces temps-ci.

Mais il y a surtout une certaine lassitude. Je manque certainement d’optimisme, mais je ne cesse de lire des nouvelles plus déprimantes les unes que les autres.

Il y a toutes ces sordides magouilles politicardes, ces scandales à répétitions, tellement fréquents et récurrents qu’on en vient à ne même plus s’en scandaliser, ces chamailleries de cours d’école entre “grands” de ce monde, qui ne réussissent qu’à mieux révéler la bassesse de ces gens là…

Et puis en toile de fond, il y a la crise. Cette fameuse crise dont tout le monde parle, sans vraiment comprendre autre chose que le fait que ça va mal. De plus en plus mal.

Je ne sais pas pour vous, mais moi qui passe l’essentiel de mes journées derrière un écran, quand je sature, il m’arrive de faire une petite pause pour jouer.

Alors quitte à continuer sur ma lancée avec un article manquant totalement de sérieux, si vous êtes joueur, je vous conseille d’essayer eRepublik.

Il s’agit d’un jeu par navigateur, dont l’accroche m’a immédiatement interpellé : “What if the financial crisis REALLY goes bad?“. Vous y incarnerez un citoyen d’un pays de votre choix et découvrirez que le monde entier est en guerre. D’ailleurs c’est marrant, la France viens juste de se faire annexer ! A vous de participer à l’effort de guerre, que ce soit par la production, le combat, la politique, l’économie, la diplomatie…

Tant que ce n’est qu’un jeu, la crise c’est plutôt marrant en fait…