Par Barth

Avatar de Barth

Le pouvoir de l’écran

En France, un enfant de 4 à 14 ans passe en moyenne plus d’un millier d’heures par an devant la télévision ou internet, pour 850 heures à l’école. Il passe ainsi davantage de temps devant un écran qu’avec ses enseignants et peut-être même ses parents.

Selon une récente étude du CRE (Council for Research Excellence), un adulte passe en moyenne 8 heures par jour devant ses écrans aux Etats-Unis.

Couverture du magazine "Radio News" en 1924

Couverture du magazine "Radio News" en 1924

Derrière l’invasion des écrans, se cache en fait une submersion d’images et leur diffusion de plus en plus importante. Nous sommes vraisemblablement amenés à vivre avec des images partout, ce qui pose la question de l’éducation au langage propre de ces images.

En effet, comment mettre entre les mains des gens un objet aussi complexe qu’un ordinateur connecté, sans leur apprendre à s’en servir avec raison, c’est-à-dire avec la conscience des fonctions, des compétences nécessaires à sa maîtrise, et du langage propre de son contenu, et particulièrement celui des images.

Dans son livre “L’image peut-elle tuer?” (Le temps d’une question – Bayard – 2002), la philosophe Marie-José Mondzain décrit très précisément les enjeux de cette nouvelle situation :

Il est plus facile d’interdire de voir que de permettre de penser. On décide de contrôler l’image pour s’assurer du silence de la pensée, et, quand la pensée a perdu ses droits, on accuse l’image de tous les maux, sous prétexte qu’elle est incontrôlée. (…) Les batailles qui se livrent sur les écrans appellent les citoyens à penser le visible et l’invisible comme les enjeux déterminants dans l’analyse politique. Il est donc impératif de prendre au sérieux la formation des regards, car toute guerre aujourd’hui devient l’occasion de livrer la guerre à la pensée elle-même.

La réalité géopolitique du monde actuel ne peut plus être décrite sans donner à l’écran une place centrale dans les mécanismes qui la régissent.

Car ce qui se joue face à un écran personnel ne concerne pas seulement le spectateur unique, mais l’ensemble des “citoyens-spectateurs”. Chaque individu développant sa propre personnalité et ses propres connaissances afin de se définir une identité face à l’écran, et l’ensemble de ces individus constituant la société et la culture de demain…

L’enjeu est donc de taille !

Poster un commentaire

Subscribe without commenting