Par Truc

Avatar de Truc

La chauve souris: mystère de la nuit

A peine le printemps est-il de retour que la nature sort enfin de sa dormance hivernale. C’est le moment privilégié pour de nombreuses espèces animales pour commencer à pointer le bout de leurs nez.

En effet, avec le retour des beau jours, (je sais, tout est relatif), les promenades en début de soirée, donnent à entendre à ceux et celles dont l’oreille est à l’affût, un étrange et caractéristique crissement métallique parcourant les airs. Il s’agit ni plus ni moins de nos amis les chauves-souris.

Amis et je pèse mes mots. Loin de moi tous ces mythes et légende autour de ces étranges créatures que l’on dit suceuses de sang, comparses des esprits maléfiques, ou encore prenant un malin plaisir à s’accrocher et s’entremêler dans nos chevelures.

Le printemps sonne donc pour ces inoffensives petites bêtes, la fin de leur longue et éprouvante léthargie passé dans les combles de nos maisons, au coeur de sombres cavités et autres grottes. Eprouvante car en effet lors de son hibernation, le métabolisme de cet animal ralentit petit à petit, passant de 600 pulsations/minutes lors de ses chasses à tout au plus une dizaine de pulsations en plein coeur de l’hiver. Sa température chute et se rapproche de celle du milieu ambiant à savoir entre 0° et 10°.

Chauves-souris en hibernation

Cette étonnante méthode demande donc pour cet animal, une constitution de réserve de graisse plus qu’importante au cours du reste de l’année. Il est donc indispensable de noter qu’en cas de rencontre hasardeuse ou voulu avec les chiroptères, le promeneur se doit de les laisser tranquilles. Si elles viennent à se réveiller, une trop grande dépense en énergie pourrait se révéler fatale.

Le printemps est aussi un grand moment dans la vie sexuelle des chauves-souris, car autres caractéristiques de cet animal, il pratique une ovulation différée par stockage inerte du sperme. Je m’explique. Au cours de l’automne les messieurs chauves-souris s’en vont copuler avec leurs dames, et ces dernière stockent la semence du mâle durant tout l’hiver. L’ovulation ne se déclenche qu’au printemps suivant et l’on ne pourra assister à la naissance des petits qu’à la venue de l’été, au moment ou les insectes sont les plus abondants.

A propos d’insectes, la technique de chasse des chiroptères est encore une particularité mal connu du grand public. Au cour du XVIIIe siècle, différents chercheurs et scientifiques se sont interroger afin de comprendre comment cet animal pouvait se diriger dans les grottes profonde où l’obscurité est total. Il fut mis alors en place des techniques barbares pour confirmer l’hypothèse selon laquelle la vue ne peut être le sens qui aide ces mammifères à se diriger dans la nuit. On fit alors crever les yeux de quelques-uns de ces animaux puis on les fit voler dans des pièces obscures, encombrés d’objets et de fil tendus. Mais même aveugle les chauves-souris continuait de voler sans se cogner aux obstacles.

On se mit alors à tester un deuxième sens, l’ouïe, avec une méthodologie toute scientifique mais toujours aussi traumatisante. Les conduits auditifs sont obstrués ou crevés et là surprise, les chauves-souris perdent alors toute perception de leur environnement. L’ouïe semblerait donc remplacer la vue pour leur permettre de détecter des objets. Mais ce n’est qu’en 1939 que l’Américain G.M. Allen, soupçonne que le tragus, lobe de peau en avant du pavillon de l’oreille de l’animal, aide à capter des signaux retour, comme le fait le sonar. L’écholocation qui est produite par des claquements de langue ou par contraction du larynx, émit par le nez ou la bouche, renvoie donc un écho récupérer en retour par les oreilles. Cette technique permet donc au chiroptères de se déplacer dans l’obscurité et de repérer leurs proies en vol.

L'echolocation

Alors avis aux promeneurs, tendez bien l’oreille, (ou les deux), et peut-être qu’à la clarté d’un lampadaire, vous verrez alors passer l’ombre noir, (non, non, pas batman), d’une chauve-souris en chasse.

A lire également :

Poster un commentaire

Subscribe without commenting