Me préparant à un ouragan de prises de positions quant à la question du pour et du contre l’avortement en général, je tiens à dire que là n’est pas vraiment le sujet, chacun sa vision du monde, mais plutôt un état des lieux “orienté” sur la situations aux Philippines.

Pays où l’église a encore une influence considérable sur le pouvoir et le peuple, les Philippines souffrent depuis des décennies d’un écart entre la loi,  la morale et des faits que l’on ne peux se cacher. Voyons tout d’abord quelques chiffres plutôt éloquents:

Chaque année, environ 473,400 femmes vivent un avortement volontaire, 78,900 d’entre elles sont hospitalisées suites à des complications post-avortement, 27 femmes sur 1000, âgées de 15 à 44 ans avortent volontairement, avec des pics dans la capitale allant jusqu’à 54/1000.

Avorter est un crime ici, et l’église s’enorgueillit de ces faits en continuant de condamner ou même de maudire les pauvres femmes tentées en les menaçant parfois d’être bannies du paradis. Cela les force donc à œuvrer dans la clandestinité, dans des conditions d’hygiène déplorables, amenant des complications menant parfois jusqu’à la mort. Il est démontré que l’avortement se pratique dans toutes les classes sociales, les plus aisées évitant les complications grâce à des médecins clandestins volontaires.

Environs 13% des décès en maternité dans le monde sont attribués aux avortements clandestins, ajouter à cela des coûts astronomiques dans le secteur de la santé publique pour les soins apportés aux femmes souffrant de complications suites à un avortement.

Voilà les chiffres parlent d’eux même, les faits sont là, le planning familial ne peut se développer, étouffé par l’église, les moyens contraceptifs de même, l’éducation sexuelle n’existe pas, la morale chrétienne poussant au silence au sein même des familles.

La loi du pays ne peut évoluer tant que l’église ne bougera pas, ou encore mieux, tant que le pouvoir politique ne se détachera pas de l’influence de l’église. Plutôt que de construire de superbes temple brillants à tous les coins de rue, cette dernière ferait mieux de construire avec les pesos soutirés aux pauvres pêcheurs des écoles, des centres de soins gratuits, des aides à l’agriculture, etc, etc…

Petite anecdote, il y a quelques semaines, en ville, je voit un groupe de petites nonnes sortir du supermarché, et grimper dans une Mercedes gris métalisé, hé oui une Mercedes (véhicule vraiment peu commun en Asie, ou même les riches achètent japonais ou coréen), jetant une pièce au gardien de parking. Révoltant non?

L’église est humaine me direz vous, bien, mais cette excuse justifie-t-elle les souffrances engendrées par la négligence et l’obstination à ne pas évoluer vers une doctrine plus en phase avec la réalité de notre monde d’aujourd’hui?

Qu’elle prône l’anti avortement soit, c’est un point de vue comme un autre, mais qu’elle ne fasse rien pour aider ceux dans le besoin, ignorant volontairement les blessures de toute une population obligée de se cacher pour avorter sous peine de prison, et de damnation….

Allez un petit dessin de 1975, lorsque la France se battait pour avoir le droit de choisir… il m’a fait bien rire…

Un dessin humoristique de 1975 en france...j'adore!

Un peu d'humour...voyons!