Par

Benoit XVI…la honte…encore !

Décidément, ce pape offre à chacun de ses discours de quoi titiller mon besoin de taper sur le clavier…..à défaut d’autre chose. Sa visite en Afrique est l’un des points culminant symbolisant la vieillesse de l’église, avec ses propos dangereux et scandaleux. La gérontocratie pratiquée par l’église, par ce pape de 81 ans, est en train de diviser sa propre communauté, de ravager les tentatives de l’Afrique qui essaie de sortir de ses crises sanitaires, économiques et sociales (il est important de noter aussi que la majorité de ces crises sont poussées et entretenues par l’occident mais cela pourra être le sujet d’un autre article…).

Voici donc ses propos sur l’avortement thérapeutique, je cite : « Combien est amère l’ironie de ceux qui promeuvent l’avortement au rang des soins de la santé des mamans ! Combien est déconcertante la thèse de ceux qui prétendent que la suppression de la vie serait une question de santé reproductive », faisant référence au protocole de Matupo.

Ce document adopté par l’Union africaine en 2003 est relatif aux droits des femmes en Afrique et complète la Charte africaine. Son article 14 appelle les gouvernements à autoriser “l’avortement médicalisé, en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du foetus”.

Cet article 14, pour ma part, me semble juste et sain. Sous prétexte que la vie soit sacrée, ce pape manipule ces foules qui l’écoutent béatement, oubliant que ce vieux monsieur va bientôt rentrer dans le luxe de son palais, et n’aura pas à supporter les viols, les incestes, et autres fléaux qui parfois se terminent par des grossesses involontaires, des fœtus malades voire même dangereux pour la femme qui le porte. Qu’il aille proférer ses doctrines dans des pays développés où le système de santé pourrait permettre un suivi des femmes enceintes, une prise en charge des enfants handicapés et malades, des pays qui ont encore la chance d’avoir un système de santé décent, qui ont pour la plupart intégré ces possibilités d’avortement thérapeutique.
Mais aller dans des pays où le système de santé n’est pas développé pour s’amuser à prôner et manipuler des foules qui n’ont en général que l’espoir de croire pour survivre, cela est exécrable.

Combien de temps encore allons-nous supporter ce déni d’un monde inégal ? A ce niveau là, ce n’est plus une philosophie que pratique l’église mais plutôt une stratégie politique afin d’asseoir un pouvoir sur les masses « faibles », s’abstenant surtout de prendre en compte les réalités du terrain.

Pendant que l’occident s’indigne, l’Afrique n’en fini plus de sombrer. Ce continent extrêmement riche en ressources, nous l’exploitons sans vergogne, avec l’aide de nos chefs d’états ainsi que, visiblement, avec la bénédiction et le soutien affiché de ce chef « spirituel »…