Par Santinele

Avatar de Santinele

La beauté est-elle noire ?

Je suis régulièrement surprise, voire même choquée quand je me rends compte à quel point la couleur de peau en France revêt une importance particulière. Les femmes, mais aussi les hommes sont amoureux du soleil! Les hommes travaillant en plein air, roulant en moto, arpentant les bureaux, écrivant des scenarii, filmant, écrivant, mettant en scène, faisant de la politique etc. roulent des yeux et des reins pour attraper une minette un peu bronzée, évoquant les tropiques et la splendeur passée de la féminité-la-vraie avec ou sans tee-shirt autour de la tête et du visage – çà devient quasiment illégal en France – et pour se protéger lors des rapports, enfilent des manches spécialement conçus à cet effet. Les femmes, quant à elle, au moindre rayon de soleil, marchent dans la rue avec des lunettes de soleil et les bras nus, se tartinent de bronzage, se baignent sans tee-shirt. J’ai tout d’abord pensé que c’était idiot, mais j’ai très vite compris que la motivation des jeunes françaises blanches était tout simplement d’être le plus noires possible.

Le mot d’ordre, être bronzée et le rester! Je veux dire, être bronzée ou le devenir! J’ai été un peu effarée le jour où j’ai voulu m’acheter une crème pour protéger ma propre peau plutôt foncée et je parcourais le rayon des yeux en recherchant un pot où il ne serait pas marqué « suntan cream », c’est à dire crème bronzante. Même les crèmes solaires sont bronzantes, ce qui ne correspond pas tout à fait à mes besoins, moi qui suis dotée d’une peau café au lait comme la plupart des descendants d’esclaves des ex-colonies françaises.

Alors, cette obnubilation de la peau bronzée, simple coquetterie ou dictature sociale?

A mes début français, je voyais mes maîtresses, puis professeurs et enfin employeurs me poser des questions sur mes origines, sans pudeur aucune, ou faire des blagues racistes, se moquant de moi à la cantonade, avec légèreté en cas de bronzage intempestif. Une amie me montrait des photos d’avant, en me faisant remarquer avec regret combien elle était blanche à cette époque, tout en me disant combien j’avais de la chance d’être café au lait. « Euh ah bon? Tu voudrais vraiment être à ma place ? Qu’on te demande sans cesse d’où tu viens ? Qu’on te demande de te justifier sur ta couleur ou qu’on fantasme sur toi parce que les filles du soleil sont chaudes ? » Oups, d’accord, j’arrête, on ne blague pas sur ça, le sujet est trop sensible.

J’ai aussi un ami français, blanc de très bonne famille comme on dit – à définir -, qui me racontait qu’il était terriblement désolé de ne pas pouvoir me présenter à sa famille à l’époque où je sortais avec lui, ayant la peau un peu trop brune, plus que sa précédente copine. Mais bon avec celle de maintenant, aucun danger. Il ne pouvait pas présenter l’ancienne à son ami le Général, même si celui-ci aurait compris ses étranges gouts d’étranger. D’ailleurs, on fait souvent remarquer – ces derniers temps – que je suis particulièrement belle. C’est étrange car petite, à mes débuts de découverte de ce monde hostile et sauvage, je me regardais souvent avec dégout et je me disait : « quoi, avec une peau si noire, je suis si moche, si dégoutante! Comme j’aimerais être blanche, pour ne plus avoir de problèmes… ». D’accord, j’avais reçu le message : la beauté c’est la peau blanche.

D’ailleurs justement, maintenant que j’ai grandi et compris deux trois choses, quand je regarde les épouses des personnes socialement élevées, effectivement ce sont de véritables thons à la peau blanche…bien bronzée…

Puis il y à quelque temps, je suis allé manger chez des gens, j’ai accepté d’accompagner une amie. Je n’y étais jamais allé. Et là, tout d’un coup, j’ai remarqué à quel point j’étais devenue le centre d’intérêt de la tablée et à quel point les questions qu’on me posait tournaient invariablement autour de mes origines…jusqu’à ce que des blagues fusent, l’air de rien sur le fait qu’heureusement que j’étais pas du 93, sinon j’aurais volé une mobylette, sans parler de cette blague comme quoi les noirs ont peur des seringues, mais je n’ai rien compris et mon non-rire a été traduit par un « hou là, elle l’a mal pris ». je me suis levée au bout d’un moment en disant que je me sentais mal à l’aise. Et tout le monde m’en a voulu…

Voila, le constat était fait, clairement, la couleur de peau définit réellement les classes sociales, la couleur de peau est le facteur définissant les castes.

Décident parfois des conversations à table et peuvent vous couper l’appétit si les questions sont trop d’ordre anthropomorphique. Quand je me sens observée comme au zoo, je me tire. Si je peux.

Je ne comprends toujours pas pourquoi les femmes aiment autant avoir un bébé avec un noir, celui-ci plus foncé risque d’être, dans certains lieux avec certaines personnes, regardé comme une bête sortie de la forêt.

Toutes les teintes, tous les faciès, toutes les nuances existent en France, depuis plusieurs années, mais bon. Je sais que je n’en suis pas à ma dernière blague, remarque ou question raciste. Sans parler de ceux qui, comme je le disais au début, fantasme sur cette couleur et l’imagerie exotique qu’elle traîne à sa suite. J’en suis à un quota d’au moins deux questions par semaine, sans compter les blagues.

La beauté a-t-elle une couleur ?

La question est surement là.

Et honnêtement, il y a mieux à se poser comme question de fond.

En réponse à l’article de Rita

14 commentaires

  • drjib (20 comments), le 16 septembre 2010

    Interessant ce témoignage…
    Pour moi la beauté n’a pas de couleur, seule compte la couleur de l’âme ou sa beauté…
    Il ya des noirs qui se sentent blancs, des jaunes qui se sentent noirs, des verts qui… oups ils existent pas encore!
    Bref si la beauté a une couleur alors elle reflète la beauté des paysages d’ou ces couleurs ont, au fil des années, pu apparaitre grace a l’acclimatation à une certain environnement…

  • Santinèle (81 comments), le 16 septembre 2010

    …cet article est calqué dans la forme sur l’article de Rita.
    Il faut relire celui de Rita pour s’en rendre compte…
    —————————————————————————-
    C’est un témoignage certes, mais aussi une façon de montrer qu’on peut dire ce que l’on veut et jouer avec les concepts et faire mousser des sujets sensibles sans trop se fouler…
    Je n’aurais sans doute jamais écrit un article comme çà si la perche ne m’avais pas été tendue !
    —————————————————————————-
    J’estime que des sujets comme çà sont des non-questions.
    Et c’est de l’ordre de l’intime : la beauté est souvent dans l’oeil de celui et celle qui regarde. Avec sa propre “grille” de critères.
    Bien entendu, on partage cette grille avec ses “camarades culturels”…et là on rentre dans d’autres domaines, de l’ordre de l’ethnologie, sociologie etc.
    —————————————————————————-
    On ne peut pas jouer avec des concepts aussi forts si on est pas d’abord conscients d’être soi-même porteur de cette grille-filtre qui nous dit ce qu’est le Beau. Ne pas en être conscient, c’est être le bébé qui joue avec le revolver. C’est être l’Apprenti Sorcier. Et faire que des conneries, et surtout en dire…
    —————————————————————————-
    J’ai voulu jouer à çà moi aussi, pour montrer que c’est facile d’être dans la dualité (comme blanc/noir et tous les autres couples du même style).
    —————————————————————————-
    J’ai voulu montrer que souvent il y a moyen de regarder au-delà pour ne pas rester con. Et la connerie est toujours à la porte, à attendre qu’on lui ouvre la porte de nos psychés déjà tellement sollicitées.

  • Rita (60 comments), le 16 septembre 2010

    C’est un article sur le racisme que tu fais… je te comprends, je le vis presque au quotidien aussi. Difficile a decrire comme souffrance, il faudrait plus qu’un article pour ca.

  • Santinèle (81 comments), le 16 septembre 2010

    Comme d’hab t’as rien compris Rita : je fais pas un article pour susciter la pitié mais pour montrer qu’on s’en fout complètement de la couleur de la beauté.
    Pas besoin d’être comprise.
    Pas besoin de plus qu’un article.

  • Santinèle (81 comments), le 16 septembre 2010

    …et en fait, j’aurais vraiment aimé que quelqu’un d’autre que moi y pense à ce dépassement de la question.
    J’aurais aimé que quelqu’un d’autre que moi ait la présence d’esprit de se dire “mais au fait, la beauté a-t-elle une couleur ?”
    ————————————————–
    Personne n’est à plaindre, ni moi, ni les expats du monde entier.
    Personne.

  • Rita (60 comments), le 17 septembre 2010

    Je n’ai pas “pitie”, c’est juste ce qui transpire de ton article… ta reaction manque de recul, tu te laisses aveugler par tes sentiments.

  • Santinèle (81 comments), le 17 septembre 2010

    Alors pitié, aide-moi…

  • Eddy (2 comments), le 19 septembre 2010

    Je viens de lire cet article, et je sui peiné que l’on puisse encore en être là en 2010, en faisant 1 différence entre blancs et noirs ; en osant raconter des blagues douteuses voir carrément racistes (en plus devant la personne) ; en considérant l’autre comme inférieur, ou comme 1 vulgaire jouet sexuel ; en ayant honte de présenter son amie à sa famille parce qu’elle est noie ; en bombardant de questions la personne sur ces origines (sans même après savoir les origines de la personne, faire 1 travail de fond, 1 travail historique pour en savoir plus, et pour ainsi mieux comprendre l’autre) ; etc…

    De plus, pourquoi toujours présicer : “Il / elle est noir(e)” ???

    Est-ce si important ???

    Moi ça m’énerve, car j’ai de multiples amis, mais je ne commence pas à les classer dans des cases en me disant les noirs avec les noirs, les arabes avec les arabes, les 1/2 français avec les 1/2 français, et les français entre français (C’EST RIDDICULE !!!).

    De plus pourquoi la beauté aurait-elle 1 couleur ?

    Ce qui est beau chez les gens, ce n’est pas la couleur de la peau, la forme du visage, le poids ou la taille, mais c’est le coeur de la personne :)

    Et que l’on soit Européen, Asiatique, Afriquain ; ou que l’on vient des DOM – TOM, le sang qui traverse notre coeur et ROUGE en non pas noir, jaune, ou blanc…

    Eddy !

  • hidalgo (119 comments), le 21 septembre 2010

    A la lecture des commentaires sur cet article, je me dois de réagir;

    Si effectivement, tu as calqué ton article sur celui de Rita, he be bravo Mdame, c’est vrai, c’est facile. Rita exprimait dans son écrit un phénomène social intéressant, que le voyage nous a fait découvrir, la beauté est suggestive. Ici, aux Philippines, c’est le blanc qui prime, voilà tout, ce qui n’est pas forcément le cas en France (je parle de la france car je n’ai pas vécu dans toute l’Europe, donc ne puis affirmer que c’est la même chose ailleurs).

    Il n’y avait rien de polémique sur le sujet, et tu en fais en toin toin inutile juste pour le plaisir de te faire mousser……..

    Donc “sans trop se fouler”, oui, tu peux dire ce que tu veux, et “jouer au bébé avec un revolver”, tu le fais toi même en attaquant Rita de plein fouet sur un sujet qui n’était pas vraiment sujet à polémique ou critique, c’était juste un témoignage, rien de plus, sur la vie aux Philippines et les différences sociales et culturelles qu’on y rencontre.
    Et comme “moyen de regarder au delà pour ne pas rester con”, tu mets les pieds en plein dedans, si nous voyageons, c’est justement pour cette raison aussi, pour regarder au delà, donc attention à ce que tu peux dire en te faisant plaisir à attaquer Rita sans raison aucune, pour le coup ouvres toi, voyages un peu plus et regarde la vision des autres comme une expérience culturelle et non en te faisant un malin plaisr à retourner la situation.

    Rita exprimait une vision de la beauté en Asie, rien de bien méchant, une observation, un trait culturel différent, pas de quoi assassiner ou polémiquer.

    M’enfin cela semble te faire plaisir….alors grand bien te fasse…

  • Eddy (2 comments), le 21 septembre 2010

    Bonjour Hidlgo,
    Pour commencer, je voudrais te dire que je te trouve dure avec notre amie Santinele, car non, elle n’a pas écrit son article pour se faire mousser comme tu le dis, mais pour exprimer ce qu’elle vie au quotidient, et non elle ne joue pas au bébé !

    Tu sais, vendredi dernier j’ai discuté de ce sujet (la couleur de la peau) avec 1 amie noire, et jamais je n’avais fais l’effort de me mettre à sa place, dans 1 contexte ou hélas on considère les noirs comme infèerieur aux Blancs (en France – mais heureusement, tous les français ne sont pas non plus comme ça)… D’ailleurs, je pensé même que mon amie en rajoutait 1 peu :( . Toutefois, j’ai demandé à d’autres de mes amis de couleur, et eux aussi m’ont dit que ce n’était pas toujours simple d’être noir sur le sol français :(

    Donc je pense qu’avant de critiquer Sentinele, nous devrions nous pencher sur ce qu’elle peut resentir, car depuis que je réfléchie et que j’étudie ce sujet de près, je peux la comprendre… Oui, je peux comprendre que ça doit être dure d’être considéré comme étant “la ptite black de service” :( , que l’on bombarde de questions sur ses origines, sans vraiment chercher à en savoir plus, à qui l’on sort des blagues à 2 balles, ou que l’on ose pas présenter à sa famille (QUELLE HONTE), ou a qui on ose pas tenir la main dans la rue, etc…

    Oui, c’est vraiment triste à en pleurer qu’en 2010 il y’ait encore des personnes (dont des jeunes) qui pensent comme il y’a 1 siècle, à savoir que les noirs sont des parésseux, qu’ils sont des sous-homme, qu’ils sont sales, vecteurs de maladies, qu’ils viennent en France juste pour avoir la CMU et les allocations familliales… Ca me rend dingue de savoir qu’il y en a qui en sont encore là !!!

    Eddy !

  • hidalgo (119 comments), le 22 septembre 2010

    Attention, je ne remettait pas en cause les souffrances de Santinele et les difficultés liées à la couleur de sa peau. Simplement la manière dont elle attaquait l’article de Rita qui n’était en aucun cas une remise en cause de la difficulté d’être noir en France.

    Pour notre part, nous vivons le phénomène inverse ici, nous sommes blancs donc on s’appelle tous JOE, ma femme Rita ne peut sortir de chez elle sans se faire siffler avec des rires étouffés de la part des jeunes, on est censés être petés de tunes, (nous gagnons des pesos ici pas des dollars ou des euros), etc.

    Bref reprendre une observation de Rita, une vision sociales des valeurs asiatiques sur la couleur de la peau, valeurs inversées par rapport à la France, et le retourner en expliquant bien que on reprend les dires de Rita pour les remettre en question et en faire une apologie de la souffrance des noirs en France, cela n’a aucun sens. Voila simplement ce que je critique, Santinele aurait pu très bien faire le même article, en évitant de reprendre Rita, car pour le coup ca perd de son poid….

  • Rita (60 comments), le 22 septembre 2010

    Sans débattre sur les sentiments et humeurs personnels, ma plus grosse critique en réalité est le fond même de l’article. Quelle est la problématique?
    1. Le vécu douloureux du racisme, ou
    2. La beauté a -t-elle une couleur?

    Voila. C’est le fond d’un débat, la réelle problématique d’un sujet qui m’interresse, c’est le propos de ce blog, qui par ce genre d’articles perd a mon sens de sa qualité.

  • George (169 comments), le 3 octobre 2010

    Je tiens à réagir à tout cela. Tout d’abord à cette dernière phrase de Rita qui, forcément, et c’était je suppose le but, m’agace :

    La qualité de ce blog provient aussi bien de celle des articles que de celle des commentaires. Nous en sommes donc tous ici responsables.

    Quand au(x) problème(s) soulevé(s) par cet article et celui auquel il fait réponse, quelques évidences me sautent aux yeux :

    L’article de Rita de par son titre provocateur, peut facilement sembler raciste. Je ne pense pas que cela ait été le but, mais s’attaquer à des sujets aussi sensibles doit se faire avec beaucoup de finesse et de circonspection, ce qui n’a pas, je trouve, été le cas. Je comprend que Santinèle ait été choquée.

    Je crois que c’est ce qu’elle a cherché à exprimer par son article parodique, et j’approuve totalement sa conclusion : “il y a mieux à se poser comme question de fond.”

    Pour autant, je trouve regrettable la forme qu’a prise ce “débat”, où l’incompréhension cotoie trop aisément à mon goût la tentation de l’invective.

    Je refuse pour ma part de me prononcer sur le sujet du ressenti du racisme en France car étant blanc je ne peux certainement pas appréhender cette souffrance. Quand au sujet initial de la beauté, il m’indiffère. Pour moi, une femme est belle quand on l’aime, et la couleur de peau n’a rien à voir là-dedans

    J’aurai toutefois préféré que le respect des différences et d’autrui ne soit pas éclipsé par le plaisir de la controverse, dans certains commentaires que j’ai pu lire. Tout en appréciant le fait que malgré les tensions évidentes entre les antagonistes de ce débat, il n’y ait eu aucun dérapage de type Godwin, ce qui aurait été, hélas, aisé.

    Pour conclure ce commentaire, je tiens à vous présenter mes excuses pour le peu de présence et de disponibilité dont j’ai fait preuve ces derniers temps sur le Glob.

  • hidalgo (119 comments), le 4 octobre 2010

    Ben moi je suis blanc…et je m’en prend plein la gueule ici, coté racisme, je suis servi!
    L’article de Rita je le répete et répete encore n’était autre qu’une observation sociologique des valeurs en Asie du sud est…bref pas de quoi en faire tout un plat ou retourner ca sur la question du racisme en france…..
    C’est, je trouve, quand même incroyable cet espèce de tabou à la noix sur le racisme, on peux rien dire sur la couleur et la culture des gens sans prendre le risque de se voir remis “à sa place”. C’est une constante très Française, le tabou. Les gens baisent mais on en parlent pas, les gens haissent les juifs les noirs les arabes, mais on en parlent pas, les gens font cacapipipopo mais surtout on en parle pas..oulala, sortez de vos fenêtres a double vitrage et regardez le monde tel qu’il est, changeant, dérangeant, parfois absurde, parfois ténébreux, mais aussi parfois tout simple, tout beau avec des petites fleurs qui s’épanouissent au soleil levant….ok ok la fin est nulle, mais bon…

Poster un commentaire

Subscribe without commenting