La France vient de  perdre 12 places en deux ans au classement RSF. Dont 8 places cette année. Elle se classe donc 43ème au classement mondial de la liberté de la presse. Peu de médias semblent pourtant s’en émouvoir.

Against Banned Books (Please Spread This Pic & The Text)Il est inquiétant de constater que des démocraties européennes comme la France, l’Italie ou la Slovaquie continuent, année après année, de perdre des places dans le classement. L’Europe doit faire preuve d’exemplarité dans le domaine des libertés publiques. Comment dénoncer les violations commises dans le monde si l’on n’est pas irréprochable sur son territoire ?” interpelle Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Que dire de plus ?

Il n’y a en tout cas pas à s’étonner d’une telle dégringolade : cette année, les procès et mises en examens de journalistes se sont régulièrement succédés. L’ affaire du « Sarkozy off » impliquant Rue89 et France3, ou l’interpellation de Vittorio de Filippis, journaliste à Libération, pour ne citer que les deux exemples les plus graves, ont sans doute pesés dans la balance pour expliquer ce choix. La violent charge de Nicolas Sarkoy et de son gouvernement contre les médias ne fait que légitimer cette mauvaise place.

J’ai la naïveté de me consoler en pensant qu’internet, et plus particulièrement les blogs,  peuvent être une alternative pour s’informer. Pour outrepasser la censure ou plutôt l’auto-censure. Même s’il y a eu cette année de tristes précédents de pressions politiques contre des bloggueurs, il me semble qu’ils gardent, pour l’instant du moins, une liberté de ton dont ne peuvent hélas se prévaloir tous les journalistes.

Mais l’état n’a pas grand chose à craindre de tous ces bloggueurs dits “influents”. Leur principal soucis, comme la majorité des français, est de remplir la marmite. L’on ne parle donc essentiellement que de ce qui “rapporte”. Les nouveaux gadgets électroniques, les dernières tendances du web, de la mode, le film du moment…

Observant ce remue-ménage, non du haut, je ne risque pas d’avoir cette prétention, mais de l’extérieur de la mêlée, j’ai l’impression d’un triste panier de crabe. Chacun insulte son voisin, cherche à faire du buzz, ou a exploiter celui du moment. Abat, il faut le dire, un travail phénoménal : j’ai ouï dire d’un bloggueur écrivant quotidiennement 10 à 20 articles ! Je vous laisse imaginer la qualité de ceux-ci…

Le grand sujet du moment concerne l’éthique qu’il peut y avoir à écrire des billets sponsorisés. On se gargarise, on se gausse, on se chamaille… Et pendant que ces bloggeurs “influents”, qui pourraient réellement avoir un impact sur notre information quotidienne, se crêpent le chignon, la liberté de la presse s’étiole peu à peu…

PS: L’amertume de ce billet ne doit pas faire oublier l’excellent travail de certains bloggeurs, hélas pour la plupart méconnus.

PPS : Je suis loin d’être un bloggueur influent, mais si par miracle une place se libérait pour moi un jour, je compte sur vous pour me rappeller, à coups de pieds au cul si nécessaire, de ne pas (trop) tomber dans les travers que je viens de dénoncer.

Poster un commentaire

Subscribe without commenting