Par

L’apprentissage, boires et déboires

Malgré la canicule des derniers jours, la fin de l’été approche. Avec elle, pour les jeunes qui ne sont pas dans la vie active, la rentrée. Peut-être certains, découragés par le système scolaire, penseront à l’apprentissage. Étant moi même apprentis, Je vous propose un petit tableau de ce système:

“Vous êtes jeunes?
Vous voulez entrer dans la vie active sans études longues ou vos parents ne peuvent pas vous les payer?
Vous voulez vous former tout en touchant un salaire comme un grand?
Vous voulez pouvoir extorquer les sous avoir le salairre d’un plombier ou d’un garagiste?
Vous désirez être sûr d’avoir un travail en sortie de formation, avoir une expérience du monde de l’entreprise?
Soyez apprentis!”

“Vous êtes patron?
Vous voulez avoir un employé pas cher, subventionné par l’État, exonéré de  charge?
Vous voulez libérer vos autres employés des tâches ingrates?
Vous  voulez pouvoir vous excuser auprès de la clientèle en disant “Ça doit être un apprentis, vous savez ce que c’est…”?
Vous voulez exploiter un travailleur qui ne sais pas encore qu’il a des droits ou qui ne sais pas encore les revendiquer?
Soyez Maître d’apprentissage, employez un apprentis!”

En effet, l’apprentissage est un statut hybride qui allie la formation professionnelle avec le salariat, essentiellement utilisé dans l’artisanat où la formation pratique est généralement indispensable. Dans la pratique, il est vrais que l’apprentissage a ses avantages, comme:

  • avoir un salaire
  • une assimilation courante avec le statut d’étudiant, avec pas mal d’avantages en prime
  • une expérience professionnelle une fois la formation terminé, ce qui veut dire travailleur pouvant être autonome et donc embauche facile
  • le salaire avec un simple CAP est souvent plus intéressant que celui d’un gars qui a une licence
  • l’embauche se fait à la sortie de la troisième, et est donc accessible à tous

et pour l’employeur:

  • Faible coût, grâce à la prime pour l’apprentissage, le salaire faible de l’apprentis,  et l’exonération de charges
  • L’apprenti est là pour apprendre, surtout même les trucs les plus chiants du métier, et donc on peut lui faire faire le ménage, la manutention, etc..
  • Le patron forme son propre employé avec ses propres méthodes

Mais malgré tout ces avantages, ce n’est pas toujours aussi rose:

  • l’apprenti regrette très vite le rythme scolaire avec des  vacances tout les deux mois, et un été de farniente
  • il se rend compte qu’il se fait entuber  sur les heures sup’ ou qu’au lieu d’apprendre le métier, il en reste toujours au balais, cartons lourds, courses personnelles du patron, tâches ingrates et répétitives, etc..
  • le salaire? AHEM! Le SMIC? De 25% pour les plus jeunes à 78% pour les plus vieux qui ont trois ans dans le dos. (Comme quoi, les principes selon lesquels on ne peut embaucher en dessous du smic, ou “à travail égal, salaire égal”…  fallait voir l’astérisque au lieu de regarder astérix)
  • Quelque ne va pas? C’est surement la faute à l’apprentis!