Par George

Avatar de George

Le pseudo, préservatif de l’internet ?

Avec l’avènement des sites dits “sociaux”, l’usage d’un pseudo s’est depuis quelques années généralisé. Il ne sert plus simplement à se connecter, mais plutôt à s’identifier. Et peu à peu, pour chacun d’entre nous, se dessine une, ou plusieurs, identité(s) virtuelle(s).

di tutto di piùIl est devenu notoirement admis qu’il est imprudent (impudent ?) de ne pas se cacher sur la toile. En effet, qui n’a jamais entendu parler de ses dangereux prédateurs prompts à voler votre identité, voire peut-être même votre âme, pour peu que vous fassiez preuve d’une négligence coupable en enfreignant la règle enfantine de ne jamais répondre à un inconnu ? Et Dieu sait qu’internet grouille d’inconnus…

La parade est donc bien simple : pour vivre heureux, vivons cachés. Sortez couverts comme dirait l’autre ! Bref, dans cet impitoyable carnaval qu’est le web, repère de pédophiles terroristes nazis, seul le port du masque peut protéger votre intimité. Mais ces craintes ne sont-elles pas quelque peu immodérées ?

Il y a quelque temps de cela, une amie ayant eu la délicate idée de me “Googler” m’interpellait, horrifiée : “Tu te rends compte, quand on tape ton nom on voit communiste anarchiste trotskiste !” Je ne sais laquelle de ces insultes l’avait le plus choqué. Mais les articles, de mon cru, ayant permis une telle identification étaient pour le moins outrés pour ne dire franchement satyriques. Comme elle s’inquiétait de ce qu’un éventuel employeur, ou client puisse s’offusquer d’être en contact avec un individu aussi peu recommandable pour les moteurs de recherches, je lui répondis galamment que je ne déplorerai guère d’être frappé d’ostracisme par des personnes se référant à une analyse aussi succincte de ma personne.

En effet, pourquoi mentir ? Se cacher ? N’ais-je pas le droit d’avoir une opinion, une pensée ? Ni de l’exprimer ? Pourquoi devrais-je me cacher, avoir honte de ce que je suis ?

J’ai parfois le sentiment que le pseudo n’est qu’un moyen de cacher son identité, non seulement aux autres mais surtout à soi-même. Un moyen de se protéger d’on ne sait trop quoi, et permettant, sorte de schizophrénie contemporaine, d’oser exister face à d’autres inconnus eux aussi cachés. Cela m’évoque ces orgies vénitiennes où, affublé d’un masque, chacun ose tous les abus et impudeurs sans risquer d’être confronté à un regard trop accusateur. Le pseudo permet un voyeurisme/exhibitionnisme décomplexé. Voir sans voir, être vu sans être vu. Les ambivalences des rapports induits par cela sont sans fin.

Je ne nie pas pour autant la réelle utilité du pseudonyme : dans certains régimes totalitaires cela se justifie pleinement ! Et les amateurs de jeux de rôles ne pourraient eux non plus certainement pas s’en passer : où trouver l’excitation d’incarner un mage sorcier quand on se nomme Roger Puillard ? Vous conviendrez qu’un Kevindu94 sonne bien mieux !

De manière courante toutefois, j’associerais le recours à un pseudo sur internet, à l’usage du préservatif. Tant que vous n’êtes pas sûr de ce que vous faites, utilisez-en un !

Pour ma part, je ne crois pas avoir de conduite à risque, ni ne me dévoile de manière (trop) indécente… Je ne ressens le besoin ni de me cacher, ni de me protéger.

8 commentaires

  • Marmotte (16 comments), le 10 décembre 2009

    Le rôle du pseudo n’est pas nouveau, à en voir le nombre d’auteur ayant publié sous d’autres noms que le leur… malgré le dur labeur que représente l’écriture d’un livre.

    Pseudo et Histoire d’O pour ne citer qu’un exemple et continuer dans les rimes… A bon entendeur ;)

  • Marmotte (16 comments), le 10 décembre 2009

    Je voulais dire : avis aux connaisseurs ;)

  • Gaspard (3 comments), le 10 décembre 2009

    Sont-ce encore les agapes du Tweetup qui ont réveillés ta méfiance envers tout ce qui ressemble à un carnaval ? Pour parler de mon cas (pardon) ma vision est simple :
    1. Les écrits restent.
    2. Internet est écrit.
    3. On peut être amené à discuter sur Internet. (Comme maintenant).
    4. On ne peut pas discuter tout le temps comme si l’on écrivait.

  • Rita (60 comments), le 10 décembre 2009

    :-) Fallait vraiment avoir envie de caller Histoire d’O dans le commentaire!

  • Santinèle (81 comments), le 10 décembre 2009

    @Gaspard : amen !
    @George : utilisation du pseudo…pas parce qu’on n’est pas certain de ce que l’on dit, mais parce que peut-être que si des proches, qui nous veulent du bien, lisait ce qu’on écrit, çà ferait du remou pas toujours facile à gérer…et passer au mode démasqué devient une réelle décision de l’ordre du Salto del Angel. Tout le monde ne peut pas se payer le luxe d’avoir un tel détachement que le tien ! Et un pseudo peut parfois mieux correspondre à l’attitude que l’on a sur le Net, et dans la vie “sensible”…
    Mais je ne vais pas jouer la mauvaise foi plus longtemps : j’aimerais bien avoir le courage de me démasquer, tel un George faisant des ostracismes latent…VOILA !

  • Santinèle (81 comments), le 10 décembre 2009

    …faisant FI des ostracismes latents…
    J’ai oublié “fi”…
    Oh les fi, Oh les fi…
    Allez, rigole un coup !

  • Corsaire Sanglot (51 comments), le 11 décembre 2009

    Bas les masques! Mais est-ce seulement possible? Mon nom n’est que celui de mon père qui lui même a du l’emprunter. Alors, à quoi bon s’encanailler d’un idéal de transparence?
    “Comme naissent les feuilles, ainsi font les hommes. Les feuille, tour à tour, c’est le vent qui les épand sur le sol, et la forêt verdoyante qui les fait naître, quand se lèvent les jours du printemps. Ainsi font les hommes: une génération naît à l’instant même où une autre s’efface.” (Il. VI, 44)
    πάντα ῥεῖ comme disait Héraclite…

  • Antigone (2 comments), le 11 décembre 2009

    A une époque,où les employeurs commencent à aller sur Google et sur Facebook,avant de vous employer,oui personnellement je préfère brouiller un peu les pistes.
    C’est pas que je n’assume pas ce que je peux écrire par-ci,par-là.Mais j’avoue j’ai parfois peur d’être frappée par “d’ostracisme par des personnes se référant à une analyse aussi succincte de ma personne.”

    Et puis un pseudo,ça se choisit parfois avec soin,donc ça peut être aussi un moyen de dire quelque chose sur nous,tout simplement.

Poster un commentaire

Subscribe without commenting