The Press Watching Obama

Auteur : h de c (sur Flicker)

Je viens d’apprendre aujourd’hui, que Christine Albanel, lors des récents Etats Généraux de la presse, avait adopté le 17 juin une mesure que je trouve pour le moins inique : il s’agit d’offrir aux 18-24 ans (pourquoi seulement eux ?) un pseudo-abonnement au quotidien de leur choix, qu’ils recevront gratuitement une fois par semaine. Cet abonnement sera valable un an. Avec un peu plus de 700 000 jeunes potentiellement intéressés, environ 200 000 abonnements de ce type sont prévus. Ce qui est bien sur une manne financière non négligeable pour les journaux traditionnels, surtout au vu de la crise que subit actuellement cette profession.

Mes lecteurs, plein de bon sens, je n’en doute pas, s’étonnent peut-être de mon ire. En effet, quel mal y a-t-il à soutenir la presse écrite? A inciter les jeunes à la lire ? N’est-ce pas un acte politique plein de courage que d’encourager les médias à poursuivre leur travail d’information ?

Sachez tout d’abord que la presse écrite reçoit actuellement plus de 400 millions d’euros en subventions directes de l’Etat, et 500 millions en déductions fiscales. Une paille. Comment peut-on croire à une quelconque indépendance des médias quand ceux-ci sont autant dépendants du bon vouloir du gouvernement ? Quel journal peut se permettre de remettre sérieusement en cause l’action de celui-ci, au risque de se voir couper ses subventions sous un prétexte plus ou moins fallacieux ? Ce nouveau cadeau de l’état ne fait que renforcer une situation déjà bien déplorable.

Il me parait également stupide d’offrir une fois par semaine un exemplaire d’un quotidien. Pourquoi ne pas permettre, si le but était réellement d’intéresser les jeunes à l’actualité, de demander un abonnement à un hebdomadaire ? Il est vrai que cela aurait probablement considérablement aidé le Canard Enchainé, ou Charlie Hebdo, qui n’ont vraisemblablement pas “bonne presse” auprès de notre gouvernement … Tant qu’à inciter les jeunes à consommer du papier (quel anachronisme à l’ère d’internet !), n’aurait-il pas été plus pertinent de leur offrir une remise substancielle pour tout abonnement au journal de leur choix ? Cela aurait été une aide pour les jeunes, et non plus directement pour les journaux.

Enfin, et je m’attend là à une éruption immédiate d’indignation bien-pensante, pourquoi donc cette préoccupation de sauver les journaux ? L’important est-il le journal, ou le journaliste? Les médias traditionnels sont embourbés dans une crise qu’ils ont le plus grand mal à surmonter. Leur modèle économique est-il encore viable ? Quid de ces journalistes se tournant vers le numérique ? N’y a-t-il pas là une voie à explorer ? J’ai bien peur que notre cher gouvernement ne fasse encore une fois preuve de son incapacité à s’adapter aux nouvelles technologies, cherchant à tout prix, comme c’est le cas pour l’industrie musicale ou cinématographique, à préserver un modèle périmé. Ne serait-il pas enfin temps de se tourner vers l’avenir et d’innover ? Il est vrai qu’il est plus aisé de contrôler quelques grands quotidiens plutôt qu’une multitude de blogueurs ou journalistes indépendants …

Une dernière petite information concernant la liberté de la presse en France, “pays des droit de l’homme” :

En 2008, la France était seulement au quarantième rang mondial pour la liberté de la presse dans un classement établi par Freedom House, une organisation basée à Washington qui étudie l’étendue de la démocratie dans le monde, en fonction de critères légaux (lois sur les media, liberté d’expression inscrite dans la Constitution), politiques (contrôle politique de l’information, censure, mesures prises contre les journalistes) et économiques (les media sont-ils contrôlés par des actionaires majoritaires, corruption).” (Source : Rue89)