Par George

Avatar de George

Pourquoi blogue-t-on ?

Il y a deux jours, je lisais un article d’ Eric Mainville intitulé : “Responsabilité du blogueur“. Il y décrivait l’altruisme du blogueur, son engagement vis-à-vis de son lectorat. Le fait que cela force à s’ouvrir sur le monde. Cela m’a interpellé car, si je me retrouve partiellement dans sa description plutôt élogieuse du blogueur (mais peut-être n’est-ce qu’un idéal), j’ai eu le sentiment que cela ne me correspondait pas vraiment. J’ai donc suggéré que chaque blogueur ayant lu ou commenté cet article se prête au jeu de l’auto-analyse afin de décrire ses motivations quand à la tenue de son blog. En espérant, sans grandes illusions, me sentir moins esseulé dans cette démarche introspective.

Pourquoi je blogue :

Voici à peine dix mois que je tiens ce blog. Je me considère donc encore comme un jeune blogueur, et il y a fort à parier que mon point de vue sur cette activité évolue sensiblement durant les prochaines années.

La décision de se lancer dans cette aventure fut prise lorsqu’avec Barth, co-fondateur du projet Bargeo, je pris conscience de l’inanité de travailler sur le web sans y être sois-même présent. La question d’une identité en ligne se posait.

Nous avons donc décider d’être présent sur le web par l’intermédiaire de ce blog. Non pas pour de l’auto-promotion, ou une quelconque notion de “corporate”, mais simplement pour être là, et participer à ce formidable bouleversement de l’information et des rapports humain qui a lieu tout les jours sur le net.

J’ai donc commencé à écrire. De tout. De rien. Me servant du Glob de Bargeo aussi bien comme exutoire que comme moyen de partager mes maigres connaissances. Essayant d’apporter chaque fois que j’écrivais une petite pierre à l’édifice commun, d’être utile, intéressant, ou simplement de partager indignation ou émotion à la nouvelle de l’instant.

Le recul est dur à prendre. Il est certain que je n’ai pas toujours été à la hauteur de mes ambitions. De mes espoirs. Combien de fois me suis-je laisser emporter par le miroir aux alouettes du sacro-saint SEO, par l’obsession du back-link, par la hantise du nombre de visiteurs !

J”ai malgré tout pu constater petit à petit qu’une communauté prenait vie ici. Petit à petit. Et l’impression de contribuer à quelque chose d’essentiel, le web (et oui, rien que ça !), me donne l’envie d’écrire, encore et encore.

Tenir un blog est pourtant monstrueusement chronophage. Et l’on n’en retire aucun avantage matériel immédiat (les revenus de la publicité placée ici ferait s’esclaffer un chômeur somalien couvert de dettes ayant dix enfants à nourrir). Les retours positifs sont maigres. Pourquoi donc dépenser autant d’énergie à une activité si ingrate ?

Alors que je me posais la question de l’utilité d’écrire il y a quelque temps, Walter Proof, tenancier de l’Inaudible me répondit d’une manière si simple que je ne puis qu’acquiescer : le plaisir !

Plaisir d’être utile à quelqu’un en publiant une astuce technique. Plaisir d’engager la conversation sur une controverse politique. Plaisir de partager ce que l’on est, ce que l’on fait. Et de ne pas se contenter d’un rôle d’observateur mais de participer à une vie qui, pour être numérique, n’en est pas moins réelle.

Et vous, pourquoi bloguez-vous ?

16 commentaires

  • Eric (5 comments), le 23 novembre 2009

    Pourquoi bloguez-vous? J’y ai déjà répondu il y a quelques temps. http://bit.ly/6gwL8a

    Je me souviens avoir rencontré un ponte du web (Pierre Chappaz) et il m’avait demandé: “Quels sont tes buts de blogging?” Je n’avais pas été capable de répondre clairement. Je dirais que mes motivations de départ étaient “documentaires”: je cherchais à accumuler des infos sur un sujet.

    Tu dis: “Cela m’a interpellé car, si je me retrouve partiellement dans sa description plutôt élogieuse du blogueur (mais peut-être n’est-ce qu’un idéal), j’ai eu le sentiment que cela ne me correspondait pas vraiment. ”

    Effectivement, cette vision du blogueur est enjolivée. Mais c’est pour contrebalancer l’image négative que les médias collent souvent au blogueur. Et aussi parce que j’y crois à ce bouleversement des mentalités grâce au web, oui j’y crois, quand même!

    Tu dis: “J »ai malgré tout pu constater petit à petit qu’une communauté prenait vie ici. Petit à petit.”

    Oui, d’une certaine façon, il y a une communauté qui se crée, mais elle se crée à partir du moment où l’on rencontre les personnes en vrai.
    Sinon, le lectorat d’un blog est fuyant. Rare sont les lecteurs qui te suivent lonptemps. Pendant les premiers mois de mon blog, j’avais 2 commentateurs. L’un d’eux est toujours là.

  • Santinèle (81 comments), le 23 novembre 2009

    …Ah là George, moi qui blogue depuis très peu, sur votre blog en tout cas, je n’ai pas assez de recul.
    Quand j’en serais à 153 posts comme toi, je pourrais peut-être me prononcer…

  • George (169 comments), le 23 novembre 2009

    @Eric : Merci de partager ici ton expérience de blogueurs. Je suis moi aussi persuadé que bloguer peut bouleverser les mentalité, nous en avons la preuve de plus en plus fréquemment (je pense notamment à l’influence que peut avoir Maitre Eolas jusque sur les bancs de l’assemblée nationale).
    Quand à bloguer pour devenir maitre du monde… j’ai bien rigolé :)
    J’ai en effet constaté que le lectorat d’un blog est fuyant. Il n’empêche que peu à peu, très lentement, je vois celui de ce blog-ci se fidéliser. C’est effectivement lent et parfois décourageant, mais je reste persuadé (illusion de jeunesse?) que cela n’est pas impossible. Il faut “juste” persévérer.

    @Santinèle : Le plus dur à mon sens est de tenir bon et ne pas se décourager. Ecrire, et persévérer, fini par porter ses fruits. Ne serait-ce que par ce que cela nous apporte.
    Dans mon cas, j’y ai appris à ne pas seulement consommer l’information mais à avoir un regard critique dessus. A surmonter ma peur du regard de l’autre. A oser m’exprimer. Cela n’a pas de prix.

  • Isabelle Prigent (1 comments), le 23 novembre 2009

    Bonjour,
    J’aime bien la vision que vous donnez du blogueur…
    De mon côté, j’ai commencé à bloguer fin mars, au moment du lancement d’une nouvelle aventure professionnelle (j’ai commencé à ce moment là mon activité de consultante freelance en communication). Dominique, du Blog du Freelance, m’a dit “avant tout, lance ton blog”… J’ai suivi son conseil, et sans trop réfléchir me suis lancée la tête la première dans cet univers que je ne connaissais pas de l’intérieur. Je n’ai pas cherché à réunir un maximum de lecteurs, ni à faire de promotion quelconque. Mais moi aussi, je me suis prise au jeu du calcul du nombre de visites, des réponses aux commentaires. Au début, j’écrivais environ 3 billets par semaine, pas forcément à heure ni jour fixe.
    Le jour où j’ai reçu un mail qui me demandait “ça va ? tu n’as rien publié aujourd’hui”… Je me suis mise à bloguer tous les jours. Je le fais sans effort, parce que j’aime vraiment ça. Je redécouvre le plaisir d’écrire, sans contrainte. Aller jusqu’au bout de mon idée, demander aux autres ce qu’ils en pensent, partager…
    Il y a une part d’égoïsme c’est sûr, mais aussi une part essentielle de plaisir du partage.
    Et aussi plein de raisons plus pragmatiques : mon blog m’a permis de rencontrer plein de gens, qui sont devenus des copains, et aussi souvent des partenaires. C’est un accélérateur de relations professionnelles, on n’a pas besoin d’avoir partagé un bureau 10 ans pour savoir qu’on pourra bien travailler ensemble.
    J’arrête là, parce que je pourrais discourir encore des heures !
    Merci d’avoir posé cette question ;-)

  • See Mee (7 comments), le 24 novembre 2009

    J’aime bien la sincérité de ce billet, et tout particulièrement cette idée de “ne pas se contenter d’un rôle d’observateur mais de participer à une vie qui, pour être numérique, n’en est pas moins réelle”.
    Cela rejoint un peu cette notion de responsabilité énoncée par Eric, que j’ai comprise comme une envie d’être actif, utile, de participer au monde qui nous entoure.
    Bloguer c’est une tentative pour à la fois se mettre en lien et créer du lien autour de soi. S’il est réussi, ce processus démultiplicateur ne peut être que chronophage. La limite de disponibilité atteinte, on n’a plus qu’à rechercher la qualité !

  • Johan (38 comments), le 24 novembre 2009

    Le Glob de bargeo est le premier blog auquel je participe vraiment. Même si je suis loin d’avoir autant participé que George, je trouve ça vraiment passionnant.
    L’idée d’être acteur d’internet est certainement la raison qui me motive le plus a écrire les rares articles que j’ai postés. Ça fait des années que j’utilise internet couramment, mais ce n’est que très récemment que l’idée de participer personnellement au grand bordel qu’est internet m’est venue.

    Je crois que plus généralement que le Glob, c’est Twitter qui m’a donné goût à la communication sur internet. Depuis que je l’utilise, il m’arrive souvent de commenter des articles, de discuter avec des gens que je connais pas etc… alors qu’avant je me contentait de lire uniquement.

  • George (169 comments), le 24 novembre 2009

    @Isabelle Prigent, @See Mee : Je suis flatté de l’appréciation très positive que vous faites de ce billet. C’est en effet la notion de lien (l’essence même du web!) qui me parait la plus importante. La responsabilité évoquée par Eric me parait être l’apanage des blogueurs ayant déjà un lectorat important, ou une communauté très fidèle, ce qui n’est pas encore mon cas.
    Je vous envie, avec tout de même une légère appréhension: serais-je à la hauteur d’une telle responsabilité ?

  • See Mee (7 comments), le 24 novembre 2009

    @Georges : mais je suis comme toi, je ne suis pas à envier ! Pire, même, je ne tiens mon blog que depuis 3 mois !
    Il est vrai que j’ai eu d’autres blogs, mais qui n’étaient pas personnels (associatif, événementiel, corporatif) et c’est justement parce qu’ils ne me permettaient pas de développer des liens que je n’ai pas été motivée pour les construire.
    Il faut aussi que je reconnaisse que 1) sans Twitter je ne pense pas avoir eu la même capacité de contact et 2) les liens sont fragiles, temporaires, comme l’a fait remarqué Eric.

    J’essaie avec mon projet d’offrir un espace où créer de nouveaux liens entre blogueurs, permettre à certains d’en découvrir de nouveau. Je peux te garantir que je peine et que je suis loin d’atteindre mes objectifs ;-)

  • See Mee (7 comments), le 24 novembre 2009

    @Georges : comment s’abonne-t-on à tes commentaires ?

  • George (169 comments), le 24 novembre 2009

    @See Mee :

    Afin de t’aider selon mes modestes moyens à faire connaitre ton blog, je l’ai rajouté à la blogroll. J’aime beaucoup ce que vous faites ;)
    Pour moi aussi, Twitter est essentiel pour créer du lien, découvrir… même s’il est vrai que ses liens sont fragiles.
    S’abonner aux commentaires n’est en effet pas encore en place, merci de me faire remarquer ce grave oubli. Je m’y attèle au plus vite. Connais-tu un plugin WordPress gérant bien cela ?
    Tu peux toutefois en suivre le fil en rajoutant /feed à l’url d’un billet, par exemple http://glob.bargeo.fr/fr/vrac/opinions/pourquoi-blogue-t-on/feed/ .

  • George (169 comments), le 24 novembre 2009

    Et voilà, oubli réparé grâce au plugin “Subscribe To Comments”. Merci de m’avoir signaler ce défaut.

  • See Mee (7 comments), le 24 novembre 2009

    Ah bien, tu as trouvé avant que j’ai eu le temps de répondre… Je n’avais pas remarqué que tu avais un blog WordPress (généralement cela se mentionne en bas dans les crédits). Pour trouver tout un tas de plugins, je te recommande le blog de Valentin : http://geekeries.fr

    C’est bien aussi que tu aies fait passer le formulaire en bas de la liste des commentaires, et que tu aies mis les tiens en évidence.

    Pour info, je t’ai cité cet aprèm dans un billet : http://monblogessai.wordpress.com/2009/11/24/rebondir-de-blogs-en-blogs

  • marsupilamima (2 comments), le 26 novembre 2009

    je blogue parce que j’ai passé quasiment toute ma vie pro à écrire, comme journaliste, et que quand j’ai “pris le plan social” du monde, je n’avais pas envie de m’arrêter pour si peu et comme j’avais déjà tenu un blog pour le festival d’Avignon sur le site du journal, cela me semblait la meilleure solution.
    J’ai été assez vite encouragée par un certain nombre de gens comme narvic, éric mainville, le coucou de claviers (pardon aux autres)…et j’ai continué.
    Au bout d’un an, je constate que j’aime mieux ça en fait qu’écrire dans le journal grâce aux commentaires….ça crée des liens, ça donne de nouvelles pistes, on a des réactions en direct. C’est bien!

  • marsupilamima (2 comments), le 26 novembre 2009

    Sur le billet dont j’ai laissé le lien sur le site crise dans les medias, voir aussi les commentaires de ceux qui me disaient aussi pourquoi ils bloguaient

  • Tiens, Tête de Quenelle a 6 mois ! | Tête de Quenelle !, le 10 janvier 2010

    [...] Tête de Quenelle a 6 mois ! 2009 novembre 26 tags: blog by Stan Cet article m’a fait réaliser que cela va faire 6 mois jour pour jour que je blogue. Alors bien sûr, je [...]

  • See Mee (7 comments), le 22 mars 2010

    C’est amusant par le jeu des liens référents trouvés dans mes stats je me retrouve à nouveau sur ce billet. Trois mois après je me pose à nouveau la question comme si c’était la première fois !
    La liste des réponses s’allonge, s’affine aussi, mais je ne suis pas encore capable de la réduire à une réponse simple et mettant en relief l’essentiel des mes raisons ou motivations ! je crois plutôt que plus je blogue, plus j’en trouve !

    Ce coup-ci je peux m’abonner aux commentaires (des fois que… car ce billet n’a pas de date de péremption), c’est déjà un plus !

Poster un commentaire

Subscribe without commenting