Par hidalgo

Avatar de hidalgo

Ouvrir un Business aux Philippines…

Pour continuer sur le sujet de Rita à propos de la corruption aux Philippines et des différences majeures entre ce pays et le notre, je me pencherai aujourd’hui sur les difficultés rencontrées lors de l’ouverture de notre Bar ici aux Philippines. Situé dans une petite ville au centre des Philippines, notre bar, toujours ouvert, suscite apparemment des jalousies.

L’ancienne co-propriétaire du bar et ex petite amie de notre associée fait des bulles dans la ville! Elle répand des rumeurs de meurtres et des menaces en tout genre, afin sûrement de nous intimider; et comme la ville est du genre petit village ou les rumeurs vont bon train après quelques pintes, l’info circule, se répand, inonde les comptoirs, noie les tablées enfumées et les nourritures liquides qui foisonnent ici.

Il faut savoir que la plupart des expatriés ici sont dans la soixantaine, retraités, et s’ennuient ferme sous les cocotiers, alors ils viennent vomir leur fiel sous les lumières fades des bars alentours.

La jalousie des commerçants “concurrents” est palpable elle aussi; on s’est fait entendre dire que rentrer chez nous était peut-être une bonne idée! Mais c’est plutôt une bonne chose! S’ ils commencent à nous considérer comme une menace c’est qu’on est pas si mauvais!

La police s’y met elle aussi, passe nous voir, tourne, regarde, espionne anonymement en buvant une bière. Je rappelle qu’il nous est interdit de travailler aux Philippines, alors nous ne sommes que des investisseurs, et nous formons nos Barmaids…officiellement.

En bref, nous sommes aujourd’hui confrontés à des menaces en tous genres, mais apparemment c’est chose commune ici. On nous a d’ailleurs glissé un mot comme quoi si on payait environs 50 000 pesos (un peu moins de moins de 1 000 euros mais c’est une grosse somme ici), on serait tranquilles, et on pourrait dormir sur nos deux oreilles. On nous a aussi indiqué que même si on a un garde 24h/24, un garde équipé d’un révolver, il suffisait qu’il soit menacé lui aussi pour que l’on se fasse égorger pendant notre sommeil…
Mais j’ai un chien que j’entraine à attaquer tous les inconnus qui se pointent, le seul soucis c’est qu’il doit apprendre la différence entre une menace et un simple client!!!! Zut!

Après une longue discussion avec l’une des personnes les plus influentes de la ville, tout est rentré dans l’ordre, mais on nous a quand même proposé une super solution…. Pour 10 000 pesos (env 150 euros), on pouvait être tranquilles, un tueur professionnel s’occuperait de faire taire les vilains méchants qui nous menacent.

Enfin voilà une des vies que l’on mène ici depuis que l’on a décidé d’ouvrir ce bar. Une vie où l’on se confronte au pouvoir, aux mensonges, aux rumeurs et…comme d’hab, à la corruption.
Bon allez je vais faire un peu de pub même si je pense pas qu’après cet article vous soyez très tentés de venir nous voir! Mais rassurez vous, on adore toujours autant le coin, et on a pas l’intention de partir!

Le site de notre bar/restaurant/discothèque/salle de concert

Un commentaire

  • steph (1 comments), le 22 février 2012

    i see but that don’t happen to everyone you just in a bad place ;)

Poster un commentaire

Subscribe without commenting