Par Johan

Avatar de Johan

Du mouvement chez les musiciens

Depuis quelques années déjà, certains groupes de musique essayent de s’affranchir des systèmes de distribution classique et cherchent a diffuser leur musique de manière plus juste. Plus juste fait principalement référence au fait que les artistes ne touchent en moyenne que 5% de la vente des cd alors que les intermédiaires eux touchent plus de 50%. Et pire, dans le cas de la vente de titre sur internet au prix de 0.99€, seuls les principaux artistes reçoivent entre 0.03 et 0.04€…

Vu les rémunérations misérables, certains artistes ont choisi une autre stratégie. Celle du libre. L’émergence de ce mouvement a été particulièrement importante avec l’explosion il y a 1 an ou 2 de myspace. En effet ce réseau social a permis à de très nombreux groupes de présenter leur musique au plus grand nombre en quelques clics et gratuitement. Si ces artistes n’ont pas tiré de revenu de cette musique en ligne, ils ont en revanche eu l’opportunité de se faire connaître et donc potentiellement de ramener plus de monde lors des concerts. Il faut savoir que dans la plupart des cas, les concerts représentent le principal revenu des groupes avec notamment la vente de T-shirts et CDs sur place.

Au delà de myspace, qui au fil des années semble perdre de sa popularité (peut être à cause de sa lenteur ?), de nombreux sites, prônant le libre, fleurissent un peut partout sur la toile comme http://rezal404.org/, http://www.dogmazic.net/ ou le très poétique et explicite http://www.monculprod.org/. Ces sites proposent des bibliothèques de musique libre de droit dans une ambiance délibérément très hostile à l’égard des mastodontes de la production et distribution McDo-zicale.

Il y a donc un mouvement de musiciens qui souhaiterait voir changer les choses (un truc d’artiste ! ;)). Pour exemple, Radiohead, un groupe que j’aime beaucoup pour leur style très particulier, relativement connu grâce à leurs tubes Creep et Karma Police a décidé de changer radicalement. Anciennement chez EMI, ils s’en sont séparés et ont décidé de vendre à prix libre leur dernier album In Rainbows (ce qui au passage leur a rapporté plusieurs millions de dollars). Mais plus encore, depuis maintenant environ un mois ils se sont associés avec d’autres artistes connus comme Craig David, David Gilmour (Pink Floyd), Iron Maiden, Robbie Williams et bien d’autres pour fonder The Featured Artists’ Coalition. Cette coalition à pour but la protection des artistes, au niveau de leurs droits, de leur liberté musicale, et surtout pour un partage plus équitable des bénéfices générés.

Actuellement cette coalition se bat contre les géants du disque comme Universal, EMI, Gramophone, etc… Et accuse l’IFPI (International Federation of Phonographic Industry) ainsi que la RIAA (Recording Industry Association of America), deux organismes extrêmement puissants, défendant les droits et intérêts de l’industrie du disque. Ces deux organismes sont accusés de ne pas consulter les artistes lorsqu’ils poussent à la mise en place de nouvelles lois telles que la maintenant très célèbre loi Hadopi ou lors d’accords passés avec les grands sites de ventes de titre en ligne. On comprend d’ailleurs ici l’énorme décalage entre la rémunération des géants de l’industrie du disque et les musiciens.

Pour en revenir à Radiohead (et oui, je les ai pas cités en exemple pour rien :)), ils ont décidé de témoigner contre la RIAA dans l’affaire d’un étudiant de l’université de Boston, Joel Tenenbaum, accusé d’avoir partagé de manière illégale de la musique sur The Pirate Bay. Cette initiative peut certes paraître bien étrange de la part d’un groupe de musique alors que …les lobbys du disque et leur sous-fifres nous répètent un peut partout que le téléchargement nuit gravement aux artistes, qu’il faut sanctionner sévèrement ce genre de pratique etc… Mais lorsqu’un groupe qui fait fortune en vendant ces disques à prix libre encourage ce genre de pratique, il y a de quoi se poser des questions sur le réel but des lois anti-pirates sensées protéger les artistes.

En effet, le téléchargement ne serait-il pas un bon moyen de court-circuiter les truands de l’industrie du disque au bénéfice des artistes? Et il est vrai que, personnellement, si un groupe de musique que j’aime distribue gratuitement ou à des prix raisonnables leurs CDs, j’aurais beaucoup moins de mal à débourser 25€ ou 30€ pour aller les voir en concert.

Pour ceux que ça intéresse, voilà les articles qui m’ont permis d’écrire celui-ci :
http://www.clubic.com/actualite-268776-piratage-temoignage-radiohead-contre-riaa.html
http://torrentfreak.com/raiohead-to-testify-against-the-riaa-090404/ (en anglais)
http://www.featuredartistscoalition.com/index.html (en anglais)
http://www.numerama.com/magazine/11456-Guy-Bono-demande-une-vraie-remuneration-des-artistes-interpretes.html

A lire également :

    Aucun résultat

Un commentaire

Poster un commentaire

Subscribe without commenting