Par

La loi HADOPI, techniquement inapplicable ?

Cela fait désormais quelques semaines que tout le monde, sur internet, ne parle que de cette charmante nouvelle loi devant couvrir d’or nos pauvres artistes nécessiteux. Hourra ! Johnny pourra enfin revenir en France, et les merveilleuses vedettes au talent inégalé de la Nouvelle Star Académie De La Tentation recevront une juste rétribution pour leurs efforts méritoires.

Hélas, de sombres anarcho-gauchistes-anticapitalistes ont le front de trouver des défauts à ce texte que notre président adoré à promis de faire voter d’ici fin mars (il y aura un peu de retard mais rassurez-vous, quand Nicolas promet quelque chose, le vote est toujours positif). Ces soixantes-huitards ont même osés protester en ne disant rien ! Blackout ! Le Grand Noir (je tiens à préciser que je ne suis pas raciste, même si c’est de plus en plus mal vu) !

Le seul hic, mais minime, rassurez-vous, serai d’ordre technique. Il paraitrait que les pirates les plus chevronnés pourraient passer au travers des mailles du filet. Voire même des informaticiens moyens. Ou peut-être, même, le petit merdeux d’à coté, qui, à 14 ans, est incapable de lire un texte de plus de dix lignes, comprend à peine comment fonctionne sa boite mail et dont l’exploit le plus remarquable est d’avoir trouvé un nouveau smiley de la mort qui tue à utiliser sur emesene.

Me faisant donc ici l’écho de certaines mauvaises langues, à seule fin, bien évidemment, de vous instruire de leur médisances afin de mieux les vilipendre, voici quelques points qui, éventuellement, poseraient problème dans l’application de cette merveilleuse loi transformant un tiers des internautes français en odieux pirates.

Le point le plus controversé de cette loi est qu’il suffit d’associer à un téléchargement illégal l’adresse IP de la machine ayant servie à l’infraction afin de procéder à l’arrestation en bonne et due forme du propriétaire de celle-ci.
Il est certes surprenant de ne pas avoir pensé qu’une même adresse IP puisse être utilisée par différents membres d’une même famille, salariés d’une entreprise, usagers d’une bibliothèque ou d’une fac, clients d’un cyber-café… qui seraient tous privés de leur connection par la faute d’un seul d’entre eux. Mais peut-être est-ce là une tentative de responsabilisation des membres d’une même communauté : cela encourage à ne pas faire d’erreur car tout ses proches en patiraient. (Si je faisais du mauvais esprit, ce qui est rarement mon cas, vous en conviendrez, ça m’évoquerai presque des camps d’où les prisonniers n’oseraient pas tenter l’évasion sachant que ceux qui resteraient risqueraient des représailles…)
Hélas, la technologie évoluant légèrement plus vite que les mentalités à l’assemblée nationale, le wifi pose problème. Il serait facile de pirater celui de votre voisin du troisième, usurpant ainsi indignement l’identité d’un brave citoyen dans le but de spolier des artistes, tandis que votre voisin d’à coté fait peut-être pareil chez vous.
L’UFC Que Choisir a même poussé le vice à faire constater cela par hussier !
Et n’oublions pas que les points d’accès gratuits et non protégés se multiplient, dans les gares par exemples. Faut-il interdire ces pratiques dangeureusement liberticides ?
Il y a, par ailleurs, de plus en plus de réseaux peer-to-peer cryptés, passant par des proxys, rendant hélas toute identification bien malaisée.

Heureusement, notre cher gouvernement à trouvé la parade !
N’ayez donc plus peur d’être injustement accusé, vous pourrez prouver votre innocence ! (la présomption de ladite innocence, elle vous pourrez toujours vous la mettre … derrière l’oreille)
Il s’agit d’un petit logiciel de filtrage agréé, commercial, payant, non-interopérable, restant en contact permanent avec les serveurs de l’HADOPI. Tiens, j’y pense, ne serais-ce pas la première loi à avoir un serveur ?
Mais ce logiciel, payant je le rappelle, ne tournerai que sous Windows. Vous savez, cet OS si réputé pour sa stabilité et surtout sa sécurité. Gageons que les virus et vers immondes en tout genre auront tôt fait de se concentrer sur cette application.
Les utilisateurs d’OS alternatifs, Mac par exemple, sans même parler de Linux, n’ont qu’à se brosser.

J’arrête ici de me faire l’écho des médisances les plus viles que l’ont pourrait entendre sur notre bon gouvernement. Si toutefois vous preniez plaisir à écouter les turpitudes de dangereux ennemis de la pensée unique, je vous conseille de lire ce post de Petaramesh