Décidément, Twitter n’en fini plus de faire parler de lui. La dernière nouvelle concernant ce média, que l’on peut pour de nombreuses raisons qualifier de “révolutionnaire”, est la proposition du député américain Mark Pfeifle, proposant de nommer les fondateurs de Twitter “Prix Nobel de la Paix”.

Le motif de cette éminente distinction ? Tout simplement le fait que grâce à ce site, la voix des iraniens a, malgré une censure gouvernementale impitoyable, été entendue dans le monde entier.

“Twitter and other social media outlets have become the soft weapons of democracy …It is telling the story of the Iranian people yearning to breathe free,”

Twitter passe donc du status d’outil de communication high-tech pour geeks attardés, à celui de média incontournable, vecteur de démocratie et de soutien aux peuples opprimés. Quelle consécration !

Voici la vidéo de cette annonce, diffusée sur Fox News :

J’ai pour ma part quelques doutes sur le fait que l’on attribue un prix Nobel aux concepteurs de Twitter, lesquels ont visiblement été totalement dépassés par l’ampleur du phénomène iranien. Le but de l’outil initialement créé n’était certainement pas d’être la seule source fiable d’information pour les pays soumis à la censure.

Il n’en reste pas moins que Twitter se révèle être un média incontournable, que les journaux traditionnels ne pourront plus négliger. Et que l’absence de réelle possibilité de contrôle de l’information caractérisant ce site en fait un outil de démocratie boulversant profondément la communication politique traditionnelle.

Pour plus de détails, voir cet article sur TechCrunch (en anglais).

Poster un commentaire

Subscribe without commenting