Par Boun

Avatar de Boun

Partition NTFS sous linux

Pour définir un point de montage, sur la plupart des systèmes Linux, il faut éditer le fichier /etc/fstab. Dans le cas de disques NTFS, il n’est pas toujours évident de découvrir ou de se souvenir des différentes options possibles.

Les options les plus pratiques sont celles permettant de spécifier les droits et permissions des fichiers pour être sur que vous puissiez modifier vos données.

  • uid, gid : les identifiants d’utilisateur et de groupe à qui appartiendront les fichiers et répertoires.
  • fmask, dmask : les masques appliqués au fichiers et répertoires, ce qui permet de s’assurer que seul l’utilisateur indiqué ou tous, peuvent lire/écrire les fichiers.

Exemple :

UUID=52E43543E4352A9D  /mnt/windows  ntfs  auto,uid=1000,gid=1000,dmask=022,fmask=133 0 0

Dans cet exemple, les masques définissent que les fichiers sont modifiables par le propriétaires et lisibles par tout le monde. Les répertoires sont modifiables et exécutables par le propriétaire et lisibles et exécutables par tous le monde. Ainsi, ma partition Windows est toujours accessible dans le répertoire /mnt/windows avec des droits en lecture/écriture pour moi et en lecture seule pour tout autre utilisateur sur ma machine.


Autres options
Les options classiques peuvent bien entendu être utilisées, comme auto qui permet le montage automatique lors du démarrage. En revanche, pour utiliser l’option user, qui permet à un utilisateur autre que root de monter la partition, il faut compiler ntfs-3g avec une option particulière…

Drivers NTFS (en cas d’accès uniquement en lecture seule)
Dans le fichier fstab, il faut indiquer ntfs comme système de fichier (avec les dernières versions d’Ubuntu). Dans certains cas ntfs pourrait faire référence aux anciens drivers qui permettent uniquement la lecture des données (le mode rw est non-garanti). Dans ce cas il vous faudra installer le driver ntfs-3g, sorti en première version stable le 21 février 2007. Ensuite, il suffit de spécifier ntfs-3g plutot que ntfs dans le fichier /etc/fstab.

Pourquoi ne pas se contenter des réglages par défaut ?
Sous Ubuntu, vos disques dur NTFS sont reconnus automatiquement. Dans le cas d’un disque ou d’une clé USB, celui-ci est automatiquement monté dans un sous-répertoire du répertoire /media, correspondant généralement au nom du disque dans Windows.
Personnellement, j’aime bien ce comportement lorsque j’insère une clé USB . Mais lorsqu’il s’agit d’un disque dur interne (ou non) toujours connecté à mon ordinateur cela m’exaspère ! Je préfère donc définir un point de montage manuel à l’endroit exact ou je veux et le disque n’apparaît plus sur le bureau. Mon besoin viscéral de contrôler les choses est alors satisfait ! :)

Poster un commentaire

Subscribe without commenting