Depuis hier matin, une rumeur, lancée par Techcrunch, fait état d’un possible rachat de Twitter par Google.

C’est, sans surprise, Twitter qui a permis que cette information soit relayée aussi rapidemment, faisant le tour de la plnète en quelques heures.

Toutefois, même si des sources proches de Google ont confirmées que des discussions entre les deux entreprises avaient bien eu lieu, d’autre sources provenant de Twitter disaient que Biz Stone, l’un deux deux fondateur du site refuserait actuellement de vendre, même pour un milliard de dollards. Facebook avait il y a six mois fait une offre à 250000 $ qui elle aussi à été refusée.

Si ce rachat avait lieu, ce serait la deuxième fois que Evan Williams et Biz Stone revendraient leur entreprise à Google. La première fois, il s’agissait de la plateforme Blogger.

Mais pourquoi Google serait-il interessé par Twitter ?

Twitter est un service permettant à ces utilisateurs de laisser des messages de 140 caractères maximum visibles en temps réel par l’ensemble des usagers du site.

Comme il est bien entendu impossible de suivre tout ce que disent l’ensemble des usagers, ces dernièrs peuvent décider de “suivre” seulement les personnes de leur choix. Ils deviendront alors les “followers” de celles-ci.

Quand on suit quelques centaines, ou plus,  de personnes, on se retrouve face à une sorte de flux permanent d’informations diverses, généralement en rapport avec ses centres d’intérêt car l’on suit rarement n’importe qui.

C’est la notion de “temps réel” qui est ici primordiale. Un outil comme l’outil de recherche de Twitter permet de voir tout ce que disent les utilisateurs du service sur un sujet donné. L’on peut même préciser sa recherche en terme de géolocalisation !

C’est lors des attentats de Bombay que l’utilité de Twitter a été reconnue par le monde entier : des milliers de “tweet” informant en temps réel d’une actualité que les journalistes n’avaient pas encore eu le temps d’aller couvrir !

Pour une entreprise comme Google dont 40% du chiffre d’affaire dépend encore de son moteur de recherche, l’opportunité d’élargir son activité à des informations générées par ses utilisateurs et couplées à une recherche en temps réel est certainement séduisante.

Son algorithme de recherche actuel, associé à une recherche géolocalisable (Google map pourrait y être intégré …) et en temps réel serait alors proche de la perfection. Il ne manquerait plus que l’aspect sémantique de la chose pour atteindre enfin à l’ultime outil de recherche.

Quand à la question de la monétisation de Twitter, elle est bien plus aisée à résoudre que celle de Youtube. Dans les deux cas, la solution la plus évidente est celle de la publicité ciblée. Mais quand Youtube fait face à des frais de serveurs et de bande passante coonsidérables, à cause du poix élevé de la vidéo, Twitter ne dépense, en comparaison, presque rien pour stocker du texte.

Ce rachat parait donc tout à fait pertinent de la part de Google.
Mais quand on voit la présence de plus en plus incontournable sur internet de cette firme, cette aquisition supplémentaire peut faire peur.

En conclusion : “Tremblez, braves gens, Big Brother is watching you !”

Poster un commentaire

Subscribe without commenting