Préambule :

Il existe de nombreux articles sur Twitter, plus ou moins techniques, la plupart abordant l’utilisation que peut faire de cet outil un spécialiste en communication ou marketing. Mais tout le monde ne cherche pas forcément à analyser un hypothétique ROI, à générer analyses pompeuses, camemberts aux couleurs criardes, ou à gérer des prospect grâce à des techniques aussi pointues que douteuses.

Le but de cet article est simplement d’éclairer les utilisateurs néophytes de Twitter se sentant perdus dans cet univers particulier aux codes parfois hermétiques, et qui ne cherchent rien d’autre dans celui-ci qu’à s’informer et communiquer.

Je tiens à remercier Toto, commentatrice fidèle de ce Glob, qui, en me demandant d’écrire un petit “tutorial” sur ce sujet, m’offre ainsi l’occasion de prendre un peu de recul sur les usages de Twitter que j’ai peu à peu adopté. Je voudrais enfin préciser une chose importante : je ne suis pas un expert, et ne me gargarise d’aucune autre compétence en ce domaine que celles que peuvent amener une expérience somme toute relative, un grand intérêt pour cet outil, et un usage immodéré de ce dernier.

Le vocabulaire utilisé dans cet article pour parler de Twitter ne saurait, hélas, être académique. Afin d’éviter tout risque d’incompréhension, vous trouverez donc à la fin de celui-ci un glossaire reprenant les termes usuels propres à ce réseau social.

Inscription :

Rien de bien compliqué pour s’inscrire sur Twitter. Quelques points d’importance méritent cependant d’être abordés :

Le pseudo : Je vous conseille très vivement d’en choisir un qui soit court ! En effet, un message sur Twitter étant limité à 140 caractères, choisir un pseudo trop long limitera d’autant les possibilités de vôtre interlocuteur si il souhaite vous parler.

L’avatar : Choisir un avatar montrera aux autres utilisateurs une implication minimum sur ce réseau social et les incitera plus facilement à vous suivre. Il est généralement admis qu’un utilisateur sans avatar n’a pas finalisé son inscription, et ne présente donc aucun intérêt à suivre.

La biographie : Elle doit, avec la concision propre à Twitter, éclairer vos pairs sur l’intérêt que vous pourriez avoir pour eux. Elle présente donc, elle aussi, un grand intérêt.

Trouver des gens à suivre :

Contrairement à Facebook, suivre quelqu’un ne nécessite aucune réciprocité. C’est d’ailleurs, à mon avis, une des grande force de cet outil.

Vous avez probablement déjà suivi toutes les personnes que vous connaissez personnellement, voire même un journal ou deux, votre star favorite… Cela est très loin d’être suffisant. Votre meilleur ami et le cousin de votre belle-mère sont peut-être très sympathiques, mais ils ne suffiront certainement pas à vous informer. Les personnes les plus intéressantes sur sur vos sujets préférez sont probablement de parfaits inconnus. Est-ce grave ? N’hésitez pas à les suivre, ils vous apporteront certainement bien plus que vos proches. J’insiste sur ce point, Twitter n’a rien à voir avec Facebook. Il ne s’agit pas de discuter avec vos amis, mais d’informer et d’être informé de ce qui est important pour vous.

Si quelqu’un vous Retweette, il a probablement des centres d’intérêts communs avec vous. Il peut être intéressant de le suivre. Quelqu’un dont le message a été Retweetté par un de vos following et qui vous intéresse mérite certainement aussi d’être suivi.

N’hésitez pas à suivre énormément de personnes, même si vous ne pouvez pas lire tout ce qu’ils écrivent. Il faut considérer Twitter comme un flux. Il n’est pas possible de retenir toute l’eau d’une rivière, vous vous servirez seulement de ce dont vous avez besoin, quand vous y serez. Si une information est importante, elle sera sûrement diffusée par de nombreuses personnes, vous ne la manquerez pas. Dans le cas contraire, est-ce vraiment nécessaire de limiter vos sources d’information à une poignée de personnes en scrutant la totalité de ce que chacune d’elle a à dire ?

Suivre “trop” de personnes n’est pas gênant, mais nécessite un peu d’organisation. Vous pouvez, et je vous le conseille vivement, les “classer” dans différentes listes. Je vous expliquerai plus tard comment exploiter de manière optimale celles-ci. A titre d’exemple, mes principales listes sont une liste d’amis/famille, mes meilleurs followings, des journalistes, des blogueurs, mes meilleurs Retweetteurs… Si les listes sont publiques, n’importe qui peut s’y abonner, à l’instar d’un simple compte Twitter. Certaines des miennes ont ainsi plus d’une centaine d’abonnés.

De manière générale, j’estime qu’une personne twittant au minimum 10% d’information vous intéressant vaut la peine d’être suivie. Si vous considérez réellement Twitter comme un flux, ce ration minimum bruit/information est amplement suffisant pour dénicher de nombreuses pépites sans trop se fatiguer.

Une dernière chose : Dans vos followers, certains méritent probablement d’être dans votre timeline. Regardez donc régulièrement qui vous à suivi dernièrement pour, éventuellement, le suivre en retour.

Tweeter intelligemment :

Je n’ai bien sûr pas la prétention de m’ériger en censeur de vos tweets. je me permettrai toutefois de vous donner quelques conseils de base afin de vous éviter certaines erreurs que je rencontre fréquemment chez les néophytes de Twitter.

Ne tweettez pas vos repas, ou tout autre élément strictement personnel qui pourrait, éventuellement, intéresser vos amis, mais certainement pas vos followers. Ce sont pour la plupart de parfaits inconnus, et ils se contrefichent de savoir que tante Jeannine portait une robe rouge à la dernière réunion familiale.

Si vous postez un lien, dites en quoi celui-ci peut être intéressant. Les urls étant automatiquement raccourcies, rien d’autre ne permet de connaitre la teneur de l’article dont vous recommandez la lecture.

Évitez les services tweetant automatiquement à votre place. Des sites comme Foursquare signalent par défaut à tous vos followers où vous vous trouvez à votre dernier checkin. Cela ne fait que polluer la timeline de vos followers de messages inutiles pour eux, et cela risque de les inciter à ne plus vous suivre (vous “unfollower”).

Si un message vous a intéressé, Retweettez-le, il intéresse probablement aussi certains de vos followers. Cependant, n’oubliez jamais de citer la source de votre message, il s’agit là d’une déontologie élémentaire, et vous n’en serez que plus appréciés par vos pairs.

Pour retweetter un message, préférez une syntaxe de type “RT @utilisateur le message” ou “via” au bouton retweet de l’interface de Twitter. En effet, la majorité des twittos ne twittent pas depuis le site mais depuis un autre outil, et l’utilisation du bouton RT du site n’est pas toujours reconnue par ces outils. De plus, cette syntaxe vous permettra de modifier le message original, en y ajoutant un commentaire par exemple. Pour approfondir ce sujet, vous pouvez également lire l’article Twitter : Faut-il se servir du nouveau bouton Retweet ?

Quand à la politesse minimale à avoir vis à vis des autres usagers de ce réseau, je vous invite à lire l’article Faut-il être poli sur Twitter ? où j’ai déjà aborder cette problématique.

Les listes :

Si vous êtes présent sur Twitter depuis quelques temps et avez suivis mes conseils, il est fort probable que vous suivez maintenant trop de personnes pour vous y retrouver correctement. Les listes deviennent alors essentielles. Peut-être avez-vous suivi mon conseil de lister systématiquement toute personne twittant sur un sujet particulier… Mais ce n’est probablement pas le cas. Bon courage, alors, vous savez ce qu’il vous reste  à faire.

Une fois vos liste correctement constituées, il va être temps d’abandonner l’interface de Twitter et de vous tourner vers un outil plus optimal. Ces outils sont nombreux et je vous laisse le plaisir de les découvrir, mais je vous conseille toutefois, pour commencer, d’utiliser Tweetdeck ou Hootsuite (c’est ce dernier que votre serviteur utilise). Pour découvrir les différent services à votre disposition  vous pouvez bien évidemment faire une recherche sur votre moteur préféré, mais également vous diriger vers l’interface classique de Twitter. Un simple clic sur un tweet vous indique quel outil à servit à le diffuser (regardez le champs “via” situé sous votre message, dans la colonne de droite).

Une fois que vous serez inscrit sur l’un des services que je vous recommande (ou sur tout autre gérant les listes), vous pourrez alors ajouter autant de colonnes que vous le souhaitez, chacune d’elle étant dédiée à un sujet particulier. Cela devrait simplifier amplement votre lecture des différents flux que vous désirez suivre. Petit bonus pour les utilisateurs de Facebook : la plupart de ces outils vous permettront aussi d’ajouter votre compte Facebook en temps que flux. Vous perdrez alors peut-être un peu moins de temps sur ce site…

Conclusion :

Ce petit “tutorial” est certainement loin d’être exhaustif. Il n’en a pas la prétention. Il est également possible, voire probable, que certains points abordés ici ne fasse pas l’unanimité. Si vous avez quelques suggestions, remarques, ou points de désaccord, n’hésitez donc pas à m’en faire part. Je serais heureux de compléter, modifier et améliorer ce texte, en espérant que cela permettra aux nouveaux utilisateurs de Twitter de se familiariser plus rapidement avec cet outil que l’on peut, de plus en plus, qualifier de révolutionnaire.

Syntaxe de base :

@utilisateur : l’arobase immédiatement suivie du pseudo d’un utilisateur permet de s’adresser à lui, ou de le citer. L’utilisateur ainsi mentionné sera automatiquement prévenu et retrouvera le message en question dans ses “mentions”.

RT : RT @utilisateur permet de signaler que l’on Retweette un message provenant de celui-ci. Sont aussi couramment utilisés “via”, et différents symboles plus ou moins explicites

#sujet : Il s’agit d’un hastag (voir glossaire). Le simple fait d’utiliser cette syntaxe “crée” le hastag.

Hastags récurrents :

#FollowFriday : Recommandation d’utilisateurs à suivre. Il s’agit d’un des premier rituels de Twitter, qui a lieu tous les vendredis. D’autres hastags équivalent sont également utilisés, comme #FF, ou la version francisée #ViveVendredi (#VV)

#JeudiConfession : Autre rituel assez saugrenu consistant à expier publiquement ses (supposés) péchés.

 

Glossaire :

Tweet : Message public envoyé par l’intermédiaire de Twitter

Twittos : Utilisateur de Twitter

Follower : Personne abonnée à vos tweets.

Following : Personne ou liste des personne dont vous suivez les tweets

DM : Direct Message (message privé)

Retweetter : retransmettre un message

Hastag : Syntaxe permettant de créer un lien de recherche sur un sujet particulier

Timeline : liste des tweets auxquels vous êtes abonnés

Bruit : Somme des tweets ne présentant strictement aucun intérêt pour vous

9 commentaires

Poster un commentaire

Subscribe without commenting