Quora est un réseau social basé sur un principe simple: posez une question, vous obtiendrez une réponse. Ou plutôt, des réponses.

Quora est surtout depuis quelques jours, la coqueluche des blogueurs “influents” et des médias techniques francophones. Pour Techcrunch, Quora pourrait connaitre un succès équivalent à Twitter. Pour OWNI, Quora ne peux que plaire aux blogueurs, car ce nouveau service répond parfaitement à leurs aspirations. Bref, Quora est un peu le nouveau média social incontournable du moment pour toute personne un tant soit peu “branchée”. Pensez-donc, les plus grandes pointures du web s’y trouvent, et elles sont prêtes à répondre vos questions !

Bien évidemment tenté par cet eldorado de la connaissance, je me suis empressé de me procurer une invitation (et oui, ne s’inscrit pas qui veut sur Quora). Voici donc mes premières impressions :

Design et ergonomie :

Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est austère. Voire aride. Je suis rarement sensible à l’apparence des choses, mais cela peux déranger certains, je suppose.

Malgré ce design d’une sobriété exemplaire, le site n’en reste pas moins ergonomique. Quelques améliorations seraient certainement à faire, mais la première approche est assez intuitive.

Réseau :

Le principe est le même que sur Twitter : vous voyez dans votre flux l’activité des personnes que vous suivez. De plus, vous pouvez également suivre des thèmes, ou des questions.

Contenu et utilisation :

Le contenu de Quora est exclusivement anglophone. De nombreux français ayant rejoint ce réseau ces derniers jours, vous trouverez peut-être, épisodiquement, une question en français. C’est qu’elle n’a pas encore été modérée. Elle sera d’ailleurs probablement déjà taguée par un “Needs To Be Written In English”. Si vous ne maîtrisez pas, ne serais-ce qu’un peu, la langue de Shakespeare, inutile (pour le moment) de tester ce service.

Le contenu, questions comme réponses, peut être édité par tout le monde. Le but est de parvenir à la meilleure compréhension et explication du problème posé par la question. Il y a une réelle pertinence dans la plupart des réponses proposées. En effet, la popularité d’une personne ne peut dépendre que de la qualité de ce qu’elle écrit. Les réponses pouvant, évidemment, être notées. Quora me fait penser à un mélange de Twitter, Wikipédia, blog et forum.

Les questions, actuellement, me semble tourner essentiellement autour de problématique web, marketing, gestion de la popularité… Les sujets abordés ne sont pas particulièrement éclectiques, probablement dû au fait que les premiers usagers travaillent essentiellement dans l’informatique, les nouvelles technologies…

Première impression générale :

Quora n’est ni ludique, ni attractif. L’obligation très forte d’écrire en anglais me rebute un peu (mais l’ouverture à l’internationalisation des langues semble prévue). Le peu d’ouverture à des domaines autres que technologique est à double tranchant : en temps que développeur web, ce site pourrait être pour moi un outil très utile. Je ne suis en revanche pas persuadé qu’une ouverture au grand public soit envisageable à court terme.

Bref, mon sentiment reste, pour le moment, mitigé. Il me faudra probablement un peu plus de temps pour me faire une opinion sur ce service.

Quand au coté très élitiste de ce site, il me semble intéressant de voir un outil sur internet chercher avant tout à préserver la qualité de son contenu plutôt qu’à augmenter le nombre de ses membres. C’est rare, et appréciable, de ne pas être pris pour un con, sentiment que l’on peut facilement avoir sur des réseaux plus grand public type Facebook. Je vous invite, à ce sujet, à lire cet excellent article. Tous les francophones devraient le lire avant d’essayer ce site.

Pour finir, si vous souhaitez tout de même tester Quora malgré le manque d’enthousiasme de cette présentation, demandez une invitation en commentant cet article. Je serai ravi de vous y retrouver.