Par George

Avatar de George

Vie privée, anonymat, Facebook et blogs.

Hier, Rita écrivait un bel article sur l’avortement, et appuyait sa réflexion sur le cas d’une de ses amie, appelée “poulette” dans son article. La poulette, ayant eu vent de cette article, a pris la mouche. Elle craignait d’être reconnue. Elle a donc alpaguée Rita, lui demandant de retirer du Glob cet article qui, selon elle, portait atteinte à son intimité. Ceci explique le retrait d’un article que, personnellement, je ne trouvais absolument pas indélicat.

Bien qu’anecdotique, cette petite turbulence sur le Glob m’a interpellé.

En effet, la poulette, choquée que sa vie privée soit étalée au grand jour sur un blog (mais qui donc aurait pu l’y reconnaître sans être déjà au courant de sa situation ?!), s’est adressé à Rita pour lui faire ses remontrances sur… Facebook ! Concrètement, elle a donc “choisie” de faire état de sa situation à tous ses “amis”, aux amis de ceux-ci, bref, à toutes les personnes plus ou moins proches d’elle. Alors même qu’elle s’offusquait vertement d’une supposée atteinte à son intimité. N’est-ce pas absurde ?

Le plus grand problème face à la protection de la vie privée sur internet, n’est généralement pas le fait de Facebook, Google, ou tout autre site. On ne le répétera jamais assez, la seule façon de maîtriser les informations que vous publiez sur internet est de ne pas en publier du tout ! Partez toujours du principe que ce que vous dites sur internet est public. Y compris, et surtout, sur des réseaux tel que Facebook.

La poulette, demandant de retirer un article du Glob, n’a visiblement pas intégré cette donnée, criant au grand vent les secrets qu’elle voulait garder. L’article a beau ne plus exister ici, il a déjà pu être référencé par Google, dupliqué ailleurs, que sais-je… Dans tous les cas, les personnes auxquelles elle aurait aimé le cacher l’on probablement déjà lu, ou en ont du moins compris la teneur.

Le meilleur moyen de se prémunir contre ce genre de désagrément est, je pense, de faire un choix très net entre votre identité en ligne et l’anonymat. Maîtriser son image sur le net s’apprend. Ce n’est pas compliqué, il suffit d’assumer un fait simple : ce que vous écrivez peut-être répété. Partant de ce constat, ne suffit-il pas de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler ?

Si vous préférez le confort, très relatif, de l’anonymat, alors faites attention à ne rien dévoiler de personnel. Le moindre détail pourrait vous trahir. Soyez paranoïaque à l’extrême. Mais surtout, surtout, ne parlez pas de vous.

L’un des grands avantage d’internet est qu’anonymat et vie public ne sont pas inconciliables, bien au contraire. Il suffit d’avoir deux comptes (ou plus), de prendre un pseudo. Une certaine schizophrénie est de fait, peut-être, encouragée par l’usage actif d’internet. Quoi que…

L’un des seuls cas d’anonymat vraiment efficace qui me vienne à l’esprit est celle des anonymous sur 4chan. Il ne s’agit plus seulement de cacher son identité réelle, mais de “fusionner” son identité au sein d’un groupe.

We are Anonymous. We are Legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us.

Si jamais vous souhaitez, selon ce principe d’anonymat, publier sur le Glob un article, cela est possible en utilisant le compte Anonyme.

2 commentaires

  • bookmarks 01/05/2011, le 6 janvier 2011

    [...] Vie privée, anonymat, Facebook et blogs. | LE GLOB DE BARGEO [...]

  • Minh Chau (1 comments), le 14 octobre 2011

    Bonjour,

    Je ne suis pas d’accord avec cette affirmation :

    “L’un des grands avantage d’internet est qu’anonymat et vie public ne sont pas inconciliables”. Cela est presque impossible de concilier les deux, il faut juste faire un choix !

Poster un commentaire

Subscribe without commenting